PolitiqueMonde

Le régime syrien ne fera pas d’exception pour les Kurdes

Les régions à majorité kurde dans le nord-est de la Syrie ne bénéficieront pas de traitement particulier et seront réintégrées dans le pays, a déclaré le ministre syrien de la Réconciliation mardi.

« Nous ne pouvons pas donner à une province syrienne un statut qui la distingue des autres provinces ou ethnies, ni (autoriser) une situation qui irait à l’encontre de l’idée que la Syrie est un seul pays et une seule société », a dit Ali Haïdar dans un entretien au service en langue arabe de l’agence de presse russe Sputnik.

Les Kurdes administrent dans le nord-est de la Syrie une quantité de territoires plus vastes qu’aucun autre groupe communautaire. Depuis le début de la guerre civile, les Kurdes ont évité d’entrer en opposition frontale avec le régime de Bachar al Assad tout en faisant campagne pour obtenir leur autonomie.

Les forces du régime Assad, aidées par leurs alliés russes et iraniens, ont repris la quasi totalité des régions qui, à un moment ou à un autre, ont été aux mains de groupes rebelles.

Le gouvernement syrien qualifie ce processus de « réconciliation », signifiant que les insurgés acceptent de céder un territoire en échange d’une évacuation sécurisée vers d’autres régions.

Assad a régulièrement affirmé qu’il entendait reprendre le contrôle de chaque centimètre carré de la Syrie.

Les principaux groupes kurdes apparaissent comme les rares vainqueurs de ce conflit en Syrie, ayant établi une administration autonome sur de larges zones dans le nord du pays contrôlé par des groupes armés et par les Forces démocratiques syriennes (FDS), une milice soutenue par les Etats-Unis.

« La solution au problème est désormais pour les groupes kurdes liés à l’Amérique de lui tourner le dos et de se tourner vers l’Etat syrien », a dit Haïdar.

 

Source : Reuters

Tags

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close