En direct

Le rôle des familles dans la reddition des terroristes

  • Selon des sources bine informées du dossier sécuritaire à Boumerdès, des familles de terroristes ont été et sont encore en train de jouer les médiateurs entre leurs enfants au maquis et les services de sécurité dans le but de convaincre ces égarés à retrouver le bon chemin en quittant l’activité armée et rejoindre la vie naturelle au sein de leur familles et de la société.
  •  
  • Plusieurs éléments salafistes et émirs du GSPC ont déjà quitté l’activité terroriste en se rendant au services de sécurité et en bénéficiant des dispositions de la charte pour la paix et la réconciliation nationale grâce au rôle joué par leurs familles.
  •  
  • Les chefs terroristes n’arrivent pas à empêcher leurs éléments de rentrer en contact avec leurs familles même en les éloignant des lieux où vivent leurs familles et en les surveillant de près. Par ailleurs, les familles des terroristes sont considérées comme des cellules de soutien, ce qui rend la tâche, de les éloigner de leurs familles, difficile.
  •  
  • Abou Ibrahim, âgé de 22 ans, originaire de Cap Djinet, qui s’était rendu aux services de sécurité la veille de l’aïd El Adha l’année dernière, grâce à son frère qui était en contact permanent avec les services de sécurité qui avaient aidé en arrangeant son retour et en lui assurant la sécurité.
  •  
  • Les familles, essentiellement les épouses et les mères des terroristes sont considérées comme le meilleur moyen pour convaincre ces derniers de quitter les activités armées et le retour au sein de la société bien que les services de sécurité rencontrent des difficultés avec les familles qui ont un penchant pour l’idéologie de leurs enfants. Ces dernières nécessitent plus d’effort de la part des services pour réussir à les convaincre. Ces familles ont été aussi utilisées récemment comme intermédiaires pour éliminer certains émirs qui refusaient de se rendre. Ces derniers étaient considérés même par leurs familles comme des criminels sanguinaires surtout après que Droukdal et ses éléments aient adopté la méthode du GIA et que ce dernier ait transformé ses éléments en bombes à retardement dans le massacre d’innocents civils dans des opérations suicide.
  •  
  • Ennahar/ Z. T.

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close