Société

Le système biométrique révèle l’ampleur des lacunes de l’état civil

  • Lors d’une tournée effectuée par Ennahar de quelques tribunaux et APC, nous avons constaté l’ampleur des difficultés rencontrées par les citoyens confrontés à ce grave problème, qui viennent se faire délivrer des documents administratifs, notamment avec les nouvelles mesures concernant la carte d’identité et le passeport biométriques qui nécessitent des documents sans erreurs, à l’instar du certificat de nationalité. Ce dernier est considéré comme le plus grand obstacle pour la constitution d’un dossiers ou d’une participation à un concours.
  • Pour ce genre de dossier, l’acte de naissance du père et du grand-père est demandé aux candidats, dont la majorité se trouvent confrontés à des difficultés à cause des erreurs et par conséquent ne peuvent bénéficier du fameux certificat de nationalité, ni de leur carte ou passeport biométriques.
  • Ces gens là se voient obligé de recourir à la justice afin de corriger leurs noms, prénoms ou dates de naissances inexacts.
  • Manel, âgée de 20 ans, vient de Tizi Ouzou pour corriger son nom mal écrit en français (Manal).
  • Pour Ansar M., lui aussi confronté à ce problème, la faute incombe à l’administration qui recrute des gens incompétents qui commettent des erreurs et mettent les gens dans des situations embarrassantes. Ansar se voit aujourd’hui confronté à un sérieux problème qui l’a privé de sa nationalité à cause d’une mauvaise écriture de son nom (Atfal, au lieu de Ansar).
  •  
  • Une note du ministère de la justice pour accélérer la procédure
  •  
  • Le ministère de la justice a envoyé une note à tous les tribunaux à travers le territoire national afin de renforcer les effectifs et accélérer les procédures de corrections et alléger les souffrances des citoyens concernés.
  • Le tribunal de Sidi M’hamed, dans la capitale, a engagé 5 juges spécialement pour cette opération, ainsi que tribunal de Bab El Oued qui connaît un rush de citoyens, essentiellement des étudiants, concernés par ce genre de problème, notamment avec les nouvelles mesures de délivrance documents administratifs, de cartes et passeports biométriques.
  • De leur côté, les services de sécurité des Daïra sont submergés de gens qui viennent pour effectuer des enquêtes sécuritaires et corriger des erreurs survenues sur leurs noms de famille.
  • Des dizaines de citoyens sont reçus chaque jour et des centaines de PV de corrections sont établis.
  • A l’issue de l’enquête, le dossier est transféré par le chef de daïra au procureur de la république près le tribunal compétent.
  •  
  • Ennahar/ Amel Lakel

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close