En direct

Les Français bien placés sur les marchés automobiles d'Afrique du Nord

Les marchés automobiles de trois pays  d’Afrique du Nord, Algérie, Maroc et Tunisie, devraient connaître une forte  croissance dans les années à venir, une aubaine pour les constructeurs français  qui y sont bien implantés.    L’an dernier, 623.000 véhicules ont été immatriculés dans ces pays et le  million pourrait être atteint en 2020, selon les projections de PSA Peugeot  Citroën, premier constructeur français.    L’Algérie représente de loin le plus gros marché automobile, avec 568.600  véhicules importés l’an dernier, soit un bond de 46% par rapport à 2011. Il  s’agit du deuxième plus gros marché du continent derrière l’Afrique du Sud.    Par rapport à leurs voisins, les Algériens bénéficient d’un PIB par  habitant plus élevé et de coûts du carburant plus bas grâce à la manne  pétrolière, explique la directrice commerciale de Renault pour la zone, Anne  Renaud-Abboud.    Un plan mis en place récemment par le gouvernement pour permettre l’accès  au crédit pour les professionnels souhaitant acheter un véhicule utilitaire,  dans un pays où le crédit automobile est interdit depuis 2009, ont aussi donné  un coup de pouce aux ventes.    La croissance du marché marocain, si elle n’est pas aussi spectaculaire,  est aussi solide, avec un bond d’environ 17% l’an dernier à près de 130.300  unités. Le pays, dont le nombre d’habitants est proche de celui de l’Algérie,  environ 35 millions, est moins urbanisé, fait valoir Mme Renaud-Abboud.    La Tunisie présente un cas à part car les ventes de voitures sont limitées  par l’attribution de quotas, autour de 45.000 ces dernières années, un système  hérité de l’époque de Ben Ali et dénoncé par la chambre syndicale des  concessionnaires. 

commentaires

commentaires

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!