Société

Les juifs de France "pas pressés de s'installer en Israël"

  •    Pour Avi Zana, directeur d’AMI, une association d’aide aux immigrants juifs de France, cette baisse provient du fait "qu’il fait bon être juif en France en 2009. Les juifs français ne sont pas pressés de venir ici".
  •  
  •    Entre 1968 et 1971, près de 15.000 juifs de France se sont installés en Israël, dont 5.282 en 1969 –l’année record. A titre de comparaison, le chiffre pour 2009 s’élève à 1.909, pratiquement le même qu’en 2008.
  •  
  •    Un colloque marquant les 40 ans de l’"alyah" (immigration) de France a réuni cette semaine à l’université de Bar-Ilan, près de Tel-Aviv, des chercheurs et des universitaires autour de la question de l’apport du judaïsme français à Israël et des raisons de la baisse du chiffre des "olim" (immigrants juifs, littéralement "ceux qui montent").
  •  
  •    Le sociologue Erik Cohen, spécialiste de la communauté juive de France, évalue entre 20.000 et 40.000 le nombre des juifs français susceptibles de faire leur alyah dans les années à venir.
  •  
  •    "La vague d’immigration dans les années 1970 était le résultat de circonstances historiques particulières, notamment la prise d’identité juive qui a suivi en France la Guerre des Six jours (1967)", explique M. Cohen.
  •  
  •    Ainsi, parmi les olim venus de France en 1969, figuraient certains dirigeants de la communauté juive française qui ont drainé derrière eux des milliers de leurs coreligionnaires, comme le professeur André Neher et le rabbin Léon Ashkenazy, deux des penseurs juifs contemporains les plus influents issus du judaïsme français.
  •  
  •    Selon le docteur Azaria Rein, cardiologue et fondateur de l’association caritative "Un coeur pour la paix", qui soigne enfants israéliens et palestiniens, "la première génération de juifs nés après la Shoah ne se sentait plus liée à la France".
  •  
  •    "Nous étions aussi sensibilisés par la victoire de la Guerre des Six jours et j’avais le sentiment que je ne resterais pas en France", témoigne ce médecin qui a fait son alyah en 1968.
  •  
  •    "Le réservoir des olim s’est vidé", juge de son côté Avi Zana qui a longtemps dirigé le département France de l’Agence juive, l’organisme paragouvernemental chargé de l’immigration.
  •  
  •    La grande majorité des immigrants de France des dernières années est, selon lui, composée de juifs pratiquants.
  •  
  •    Lors du colloque, neuf anciens olim de France ont reçu des diplômes pour leur contribution à la société israélienne: significativement, huit d’entre eux portaient la kippa des religieux.
  •  
  •    "Les immigrants de France font le choix de venir, ils ne sont pas obligés de partir pour se réfugier ici", relève le grand rabbin d’Israël, Yona Metzger.
  •  
  •    Près de 90.000 juifs de France se sont établis en Israël depuis la création de l’Etat en 1948. Aujourd’hui, on évalue à un demi-million le nombre de juifs vivant en France, dont moins de 50% liés à des communautés organisées.
  •  
  •    Pour le sociologue Erik Cohen, auteur d’un livre intitulé "Heureux comme juifs en France", seuls 18% des juifs de France envisagent une installation en Israël alors que, paradoxalement, 86% des personnes interrogées dans le cadre de son étude disent se sentir "proches d’Israël".
  •  
  •    Le directeur général du département de l’alyah de l’Agence juive, Elie Cohen, se réjouit de la nette hausse (+17%) du nombre total des immigrants juifs cette année par rapport à 2008 (16.244 contre 13.859).
  •  
  •    Mais pour la France, l’augmentation n’est que de 2%, soit 30 personnes.
  •  
  •    
  • Ennaharonline/ AFP

commentaires

commentaires

Voir plus

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *