Economie

Les musulmans, nouvelle cible privilégiée de l'industrie du tourisme

   

1,8 milliard de fidèles au  pouvoir d’achat en pleine croissance: les musulmans sont devenus la cible  privilégiée de l’industrie du tourisme dans le monde, bichonnés de l’Australie  à l’Allemagne avec des spas islamiques, des salles de prière et des restaurants  halal.    Les dépenses des touristes musulmans devraient progresser de 4,8% l’an,  contre une moyenne de 3,8% dans le monde d’ici à 2020, selon une étude  effectuée dans 47 pays par le voyagiste halal singapourien Crescentrating et  l’américain DinarStandard, spécialisé dans l’étude du marché musulman.    Le segment est trop profitable pour n’intéresser que les pays de l’islam.  L’Egypte, la Malaisie et l’Indonésie, premier pays musulman de la planète,  restent certes les destinations favorites des fidèles de Mahomet mais les pays  non-musulmans "regardent de près" ce juteux marché, souligne Fazal Bahardeen,  directeur de Crescentrating.    "Des destinations comme la Thaïlande et l’Australie prennent déjà en compte  les besoins de ces touristes", explique-t-il à l’AFP.    L’aéroport de Munich, où ont transité près de 900.000 musulmans en 2010, a  ouvert l’an dernier une nouvelle salle de prières pour musulmans, qui vient  s’ajouter à des écriteaux en arabe et de la nourriture halal dans ses  restaurants.    En Thaïlande, pays majoritairement bouddhiste, l’office du tourisme a lancé  une campagne de promotion pour favoriser la multiplication des spas islamiques,  où femmes et hommes sont strictement séparés.    Crescentrating a décerné cette année à l’aéroport international de Bangkok  le titre de plateforme la plus respecteuse des pratiques islamiques, dans un  pays non-musulman.    La tendance n’épargne aucune région du globe. Lors d’un récent voyage en  Afrique du Sud, raconte M. Fazal, les responsables du très luxueux spa  Karkloof, dans la province du KwaZulu-Natal, lui ont demandé comment ils  pourraient satisfaire les besoins de la clientèle musulmane.    Et Gold Coast, une station balnéaire très fréquentée de la côte orientale  australienne, joue sur son hiver austral pour tenter d’attirer le chaland  musulman en lançant sur son site internet: "Pourquoi ne pas essayer Gold Coast  pour un ramandan plus frais cette année?".    "Accueillant depuis longtemps les visiteurs du Moyen-Orient, et possédant  une importante communauté et de nombreuses installations musulmanes, Gold  Coast, en Australie, ne cesse de s’améliorer", assure le site de la ville.    Les riches musulmans des pays du Golfe restent bien entendu les plus  importants en termes de budget touristique. Bahreïn, Koweït, Oman, Qatar,  Arabie saoudite et Emirats arabes unis représentaient 37% des dépenses  effectuées par les touristes musulmans en 2011, bien qu’ils ne forment que 3%  de la population musulmane mondiale.    Mais les mahométans de France, Belgique, Allemagne ou Royaume-Uni comptent  de plus en plus et représentent désormais 13% des dépenses touristiques des  musulmans.    Le développement du tourisme islamique est révélateur du boom commercial  qu’insuffle dans le monde un islam au pouvoir d’achat grandissant.    "Partie de la nourriture et de la finance, l’industrie islamique touche  dorénavant les produits pharmaceutiques, la mode et le tourisme, ainsi que de  nombreux autres secteurs", souligne l’Economist Intelligence Unit, centre de  recherches du magazine britannique The Economist, dans un rapport sur le sujet  publié en mars dernier.

 

Algerie – ennaharonline

 

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!