Monde

Les nostalgiques de l’Algérie française débaptisent la rue du 19-mars-1962

Le maire de Béziers, Robert Ménard, un nostalgique de l’Algérie française, proche de l’extrême droite de Jean-Marie Le Pen, a officiellement débaptiser,  ce 14 mars 2015, la rue du 19-mars-1962 en lui donnant le nom d’Hélie Denoix de Saint-Marc, un militaire, résistant qui avait pris part au putsch des généraux d’avril 1961 à Alger.

Une cérémonie très symbolique: la voie débaptisée était la «rue du 19-mars-1962», date des accords d’Evian qui mirent fin à la guerre d’Algérie. Pour le Premier ministre français Manuel Valls, interrogé peu avant la cérémonie, «la nostalgie de l’Algérie française n’apporte rien de bon».

Le changement de nom de cette rue, située non loin du quartier de la Devèze, celui où Robert Ménard, né à Oran, s’était installé avec ses parents à son arrivée à Béziers, avait été annoncé dès décembre 2014. Natif de Bordeaux en 1922 et décédé à La Garde-Adhémar (Drôme) en 2013, Hélie Denoix de Saint-Marc avait été résistant et déporté à Buchenwald durant la Seconde Guerre mondiale.

En avril 1961, il avait soutenu le parti de l’Algérie française et avait participé au putsch des généraux à la tête du 1er REP (Régiment étranger de parachutistes). Après l’échec de l’opération, il se constituera prisonnier. Il sera condamné à dix ans de réclusion et effectuera cinq ans de prison avant d’être gracié par le général De Gaulle. Réhabilité en 1978, Hélie Denoix de Saint-Marc a publié son autobiographie en 1995.

(RFI/ AFP)

Tags

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!