Economie

Les politiques d'austérité en Europe attisent le mécontentement social

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

  Les plans d’austérité mis partout en  place pour régler la crise de la dette en Europe suscitent un mécontentement  social croissant et font peser dans les pays les plus touchés le risque  d’explosion, ainsi que l’ont rappelé les scènes de guérilla urbaine de dimanche  en Grèce. Le 29 février, à la veille du prochain sommet des dirigeants européens à  Bruxelles qui entérinera le renforcement de la discipline budgétaire dans l’UE,  la Confédération européenne des syndicats (CES) a appelé à une "journée  d’action européenne" autour du slogan "Trop c’est trop". La cure imposée aux salariés grecs est "inacceptable", estime Bernadette  Ségol, secrétaire générale de la CES, qui représente 84 organisations du continent.  Selon la syndicaliste "les plans de rigueur successifs ont enfoncé le pays dans la crise". "Les nouvelles mesures envisagées ne sont tout simplement pas  soutenables: baisse du salaire minimum, coupes dans les retraites  complémentaires, licenciements rapides dans la fonction publique. C’est le  droit du travail que l’on bafoue, ce sont des hommes et des femmes que l’on  broie", estime-t-elle.    "Les mesures d’austérité ne sont pas la réponse à la crise, au contraire,  elles produisent d’énormes dégâts sociaux", viennent d’affirmer de leur côté  cinq confédérations syndicales françaises dans une déclaration commune en vue  de la journée du 29 février.   Lors de leur sommet des 1er et 2 mars, les dirigeants européens doivent  signer un nouveau traité de discipline budgétaire, adopté dans son principe fin  janvier, qui impose partout le retour à l’équilibre des comptes publics. L’Allemagne en a fait une condition du maintient de sa solidarité financière  aux pays fragiles.  La pilule est d’autant plus difficile à avaler pour le monde syndical que  le Portugal à son tour a toutes les peines à s’extirper de la crise malgré des  coupes drastiques dans les budgets publics et que des doutes subsistent sur la  la capacité du plan d’austérité voté dimanche à sortir Athènes de la crise.  "Il sera impossible de mettre en oeuvre ce qu’exige la troïka (rassemblant  l’Union européenne, la Banque centrale européenne et le Fonds monétaire  international, ndlr) étant donné la chute libre de l’économie et la cassure  sociale", estime ainsi le directeur du club de réflexion Re-Define, Sony Kapoor.    "La Grèce est devenue un mélange hautement inflammable en raison de  l’effondrement économique, de la corruption de son personnel politique, du  mécontentement social et de la souffrance de son peuple", affirme M. Kapoor.    Selon cet expert, la situation grecque "offre un aperçu de ce qui pourrait  attendre d’autres pays européens si l’UE ne change pas de cap".    Mais de changement de cap il n’en est pas question malgré les appels  pressants de nombreux économistes comme le prix Nobel américain Paul Krugman  qui ne cesse d’affirmer que "l’austérité en temps de dépression est une très  mauvaise idée".   "J’admire la chancelière allemande Angela Merkel pour sa capacité de  leadership. Mais malheureusement, elle mène l’Europe dans la mauvaise  direction", a déclaré dimanche le financier et philanthrope George Soros à l’hebdomadaire allemand Der Spiegel. Soros préconise de "ranimer la conjoncture dans les Etats européens en  crise par l’injection d’argent plutôt que de forcer les gouvernements à  réaliser des économies". "Sinon nous répétons les erreurs qui ont plongé  l’Amérique de 1929 dans la grande dépression. C’est ce qu’Angela Merkel ne  comprend pas", affirme-t-il. "Je comprends que les mesures (demandées aux Grecs) sont vraiment dures. Mais, dans le même temps l’alternative est absolument épouvantable", avec une  sortie de l’euro qui ruinerait les ménages, rétorque un haut responsable de la  Commission européenne s’exprimant sous couvert de l’anonymat

 

Algérie- ennaharonline

 

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

commentaires

commentaires

Voir plus

bilel messoudi

Journaliste-Rédacteur du site web ALG24 depuis décembre 2014
Dans la presse électronique depuis avril 2009. Spécialisé dans l’information de sports .
adresse: cité 722 logement sidi yaya – hidra alger
bilel-messoudi@ennaharonline.com

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *