En direct

Les présidents algériens : des Zaïms et des retraités

  • Ils mettent à profit leurs relations et leurs statuts d’anciens présidents pour les intérêts de leurs pays respectifs, aider la société civile, être un lien entre la société et les autorités, rejoignent les associations caritatives et autres activités sociales, politiques ou culturelles.
  •  
  • En Algérie, les hauts responsables de l’état quittent carrément la scène politique, sociale et culturelle et s’adonnent à leurs loisirs préférés en attendant de recevoir une convocation des autorités pour les nommer à un quelconque poste de responsabilité.
  •  
  •  
  • Institution Boudiaf : un magnifique palais habité par…les fantômes !
  •  
  • Boudiaf est le seul président algérien a qui ont a créé une institution caritative, même si celle-ci n’a que très peu d’activité pour ne pas dire aucune activité malgré les moyens immense dont dispose cette institution. Les activités de cette institution se limitent à la commémoration de la mort de ce grand président, qui a été lâchement assassiné, en posant une gerbe de fleur sur sa tombe au cimetière El Alia.
  •  
  • Ben Bella : le président du conseil des sages d’Afrique, préfère les postes honorifiques
  •  
  • Malgré l’expérience qu’il a acquise, en sa qualité de personnalité politique qui a vécue tous les évènements et les métamorphoses géostratégiques du pays et du monde, il a préféré vivre à l’ombre au lieu d’exploiter son expérience et ses relations avec les grands leaders dans le monde, dans la gestion des différentes crises qu’a connu le pays, pour le bien de son pays et des enfants de son pays.
  •  
  • Zeroual : Il refuse d’intervenir même pour son fils
  •  
  •  
  • L’ancien Président Liamine Zeroual, depuis son divorce définitif de la politique, a complètement quitté la scène politique et s’est totalement isolé de toute activité contrairement aux autres présidents qui s’adonnent aux affaires et au commerce. Ce dernier s’est entièrement consacré à sa famille.
  •  
  • Selon des citoyens, beaucoup de gens ont tenté de le voir pour régler leurs problèmes mais ce dernier refusait d’intervenir. Il a même refusé d’intervenir pour son fils Abdelkrim, pour qui, il pouvait régler le problème par un simple coup de fil. Mais il avait refusé.
  •  
  • Ali Kafi…
  •  
  • Ali Kafi, le premier chef de l’état après la mort de Boudiaf, l’un des symboles du courant arabophone et nationaliste, a quitté la vie politique au mois de janvier 1994. Toujours cloitré sur lui-même, un vrai solitaire. Il vit toujours à Alger qu’il ne quitte jamais.
  •  
  • Chadli Ben Djedid
  •  
  • Chadli a quitté le palais d’El Mouradia en janvier 1992 après 12 années à la tête du pays qui ont connu les graves troubles du 5 octobre 1988. Depuis, il a disparu de la scène nationale. On n’entend parler de lui que rarement, soit par les rares et brûlantes déclarations qu’il fait ou lorsqu’il quitte le pays pour se faire soigner.
  •  
  •  
  • Anissa Boumediene a préféré s’installer en France. Elle n’a même pas écrit les mémoires de son défunt époux.
  •  
  •  
  • Nos anciens président et ministres…sur le banc des remplaçants du gouvernement…ils attendent la charité.
  •  
  •  
  • Jimmy Carter, Tony Blair et les autres… refuse de quitter la scène.
  •  
  • L’Institution Jimmy Carter est active dans plus de 65 pays. Carter a écrit 14 œuvres. Il travaille et écrit toujours.
  •  
  •  
  • Ennahar/ Sami Si youcef/ Saïd H./ Djamel B./ Habiba M. Nachida K.
  •  

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close