En direct

Les relations économiques algéro-turques connaitront une nouvelle dynamique

Les relations économiques entre l’Algérie et la Turquie connaitront prochainement une nouvelle dynamique, a affirmé mardi soir à Alger le ministre de l’Industrie, de la PME et de la Promotion de l’investissement, Cherif Rahmani."L’Algérie est devenue le premier partenaire de la Turquie dans le continent africain, ce qui devrait renforcer davantage les relations bilatérales entre les deux pays", a indiqué M. Rahmani, lors d’un forum d’affaires algéro-turc coprésidé par le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, et son homologue turc, Recep Tayyip Erdogan.Après la visite en 2006 en Algérie du Premier ministre turc, les projets de partenariat bilatéral se sont multipliés, a relevé M. Rahmani, annonçant la signature dans les prochains jours d’autres accords entre les entreprises des deux pays.Il s’est félicité par ailleurs des accords de partenariat déjà conclus avec les Turcs, citant à titre d’exemple la nouvelle aciérie d’Oran, réalisée par la société turque de droit algérien Tosyali Iron et Steel.Pour sa part, le ministre de l’Economie turc, Zafer Caglayan, a exprimé le souhait de voir des partenariats "fructueux" se concrétiser entre les entreprises des deux pays, promettant de lever les obstacles bureaucratiques qui constituent une entrave pour les investisseurs.Le forum est une opportunité pour les hommes d’affaires algériens et turcs d’échanger leurs expériences et leur savoir-faire notamment dans les secteurs du tourisme, de la pêche, de la construction, de la sidérurgie et de l’électricité a-t-il indiqué."Les forums économiques que nous organisons en Algérie depuis 4 ans connaissent un succès grâce à la volonté politique des deux pays", s’est-il félicité.M. Caglayan a par ailleurs mis en avant la nécessité d’établir un accord bilatéral de protection réciproque des investissements pour promouvoir la coopération économique entre les deux pays.Le président du Forum des chefs d’entreprises (FCE), Réda Hamiani, a estimé de son côté que le choix du partenaire turc n’était pas "fortuit", la Turquie étant un pays qui a hissé son modèle de développement vers plus de compétitivité.Pour lui, l’Algérie qui veut reconstruire son industrie a besoin d’établir une coopération "fructueuse et bénéfique" à long terme avec la Turquie, basée sur le transfert de savoir-faire.Le président de l’association des industriels et hommes d’affaires indépendants (Musiad), Nail Olpak, a appelé quant à lui à l’intensification des relations de partenariat entre les opérateurs turcs et algériens, souhaitant plus de facilitations pour l’obtention de visas d’entrée en Algérie.Les sociétés turques présentes en Algérie opèrent dans les infrastructures de base, notamment le bâtiment, selon le président de cette association qui regroupe 15.000 entreprises contribuant à 17 % du PIB.Le forum s’est tenu en présence de membres du gouvernement, de représentants du patronat et de plus de 700 opérateurs algériens et turcs qui ont eu en marge de cet événement des rencontres bilatérales (BtoB).Le Premier ministre turc a entamé mardi une visite officielle de deux jours en Algérie à la tête d’une importante délégation d’hommes d’affaires, dans le cadre du renforcement des relations politiques et économiques entre les deux pays.

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close