En direct

Les salafistes transforment les mosquées de Boumerdès en lieux de recrutement

  • Avec le temps, ces lieux sont devenu objet de lutte entre différents courants, ce qui a poussé les autorités sécuritaires de la wilaya à tirer la sonnette d’alarme et exprimer leurs craintes suite à des informations sur le retour du courant salafiste et ses appels au Djihad.
  •  
  • Plusieurs Communes de la wilaya de Boumerdès, notamment celles de l’est, ont enregistré une prolifération de ce genre de lieux de prières, construit d’une manière anarchique aux centres des Cités et des villages isolés comme dans la daïra de Bordj Ménaïl avec ses 41 salles de prières sur un total de 81 salles. Trois salles à Djinet et une dans la Commune de Lekata où les imams sont choisis par les citoyens ainsi que la commission de gestion de la salle de prière.
  • Les conflits entre différents groupes sur les questions religieuses, comme la barbe, le port de qamis et du pantalon, le Djilbab et autres sujets et fetwas légales mènent parfois à la révocation des imams et leurs changements par d’autres.
  • Dans une salle de prières sise dans la ville de Bordj Ménaïl, en ce mois de Ramadhan, nous avons été surpris par l’état de la salle dont le toit était couvert de tuiles et les murs délabrés. Personne ne pouvait savoir que s’était une salle de prière si ce n’est l’écriteau sur la porte d’entrée. Une partie était réservée aux femmes qui, elles aussi sont divisées en deux parties ; celles qui portent le Djilbab et celles qui portent le Hidjab.
  •  
  • Le courant salafiste extrémiste
  •  
  • Selon des informations reçues par Ennahar, des Halakates (réunions) non autorisées par la direction des affaires religieuses sont organisées, ce qui a poussé les autorités sécuritaires à tirer la sonnette d’alarme suite à des informations selon lesquelles des salafistes extrémistes font de la prédication pour le djihad et tentent, par leurs idées fanatique d’influencer les jeunes  et à recruter parmi les jeunes adolescents, après la prière du soir et des Tarawihs.
  • La sécurité a été renforcée après le retour de quelques adeptes du courant salafiste et après la saisie de livres et CD appelant au djihad, en plus d’informations sur l’infiltration d’éléments terroristes dans les salles de prières et leurs contacts avec les cellules de soutien.
  • Par ailleurs, et selon des sources d’Ennahar, la majorité des kidnappings de ces dernières années, ont été  commis devant les mosquées et salles de prières après la prière du Maghreb ou celle du soir.
  •  
  • Ennahar/ Zahia T.

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close