Monde

Les sionistes de Sdérot contre le cessez-le-feu

  •    "C’est une honte! Cette décision donne du temps au Hamas pour se réarmer et lancer des (roquettes) Qassam contre nous", déclare à l’AFP Susanne Cohen, une juive marocaine installée depuis près de 30 ans à Sdérot, près de la bande de Ghaza.
  •  
  •    Sept roquettes palestiniennes se sont abattues dimanche matin dans le sud d’Israël, quelques heures après l’entrée en vigueur du cessez-le-feu unilatéral proclamé par Israël samedi soir.
  •  
  •    Celui-ci intervient après trois semaines d’une offensive militaire israélienne meurtrière contre la bande de Ghaza, précisément destinée à faire cesser ces tirs.
  •  
  •    "Quel cessez-le-feu? Comment peut-on décider une chose pareille sans un accord entre les deux parties?", s’exclame Niva Ben-Shoshan, habitant du kibboutz de Bror Hail, près de Sdérot. 
  •  
  •    "Le gouvernement a cédé à la pression internationale et ce qui va se passer à présent, c’est qu’ils va nous oublier à nouveau", dénonce-t-il.
  •  
  •    Quelques heures plus tard, le Hamas a lui aussi annoncé un cessez-le-feu immédiat tout en exigeant le retrait des troupes israéliennes de Ghaza d’ici une semaine.
  •  
  •    Les Israéliens du sud du pays ont été visés depuis huit ans par une pluie de quelque 10.000 Qassam, tirées par les islamistes du Hamas depuis la bande de Ghaza sous leur contrôle et d’autres mouvements palestiniens.
  •  
  •    Ces roquettes ont tué jusqu’à présent 21 civils.
  •  
  •    La majorité des 20.000 habitants de Sdérot a soutenu l’offensive lancée par Israël il y trois semaines. Beaucoup jugeaient même qu’elle avait trop tardé.   
  •  
  •    "Quand la guerre a commencé, j’ai hissé le drapeau israélien sur le toit de ma maison en signe de soutien. Aujourd’hui, j’ai envie de le retirer", confie George Mattaer.
  •  
  •    Ce coiffeur de Sdérot prédit un échec similaire à celui de l’offensive militaire israélienne de l’été 2006 au Liban sud, qui n’avait pas atteint son objectif de désarmer le mouvement chiite Hezbollah. 
  •  
  •    Tsahal avait aussi échoué à secourir deux de ses soldats capturés en juillet 2006, dont les corps n’ont été récupérés plus de deux ans plus tard.
  •  
  •    Lors de son offensive contre Ghaza, qui a tué au moins 1.300 Palestiniens, dont plus de la moitié de civils, l’Etat hébreu "n’a pas réussi à faire cesser les tirs (du Hamas, ndlr), ni à libérer Gilad Shalit", le soldat israélien capturé par des miliciens palestiniens en 2006, déplore Mattaer.
  •  
  •    Comme Liva, cet Israélien est convaincu que le gouvernement a plié face "au monde", spécialement l’ONU et l’Egypte, qui réclamaient la fin des hostilités.
  •  
  •    Natan Galkowiz, un Brésilien dont la fille de 22 ans a été tuée par une Qassam en 2005, ne croit ni en la voie militaire ni au cessez-le-feu unilatéral comme solution au conflit avec les Palestiniens.
  •  
  •    "La trêve ne durera que deux ou trois jours. Ensuite, l’armée israélienne entrera à Ghaza avec toute sa force", estime ce restaurateur installé à Sdérot depuis 30 ans, favorable à une issue pacifique. "Si le Hamas continue à tirer, les troupes répondront. Et cette fois, ce sera pour de bon".
  •  
  •    Julia Chaitin, membre de "One Voice", une association qui cherche à jeter des ponts avec les Palestiniens de la bande de Ghaza, estime que "seule la voie des négociations avec l’Egypte, la Jordanie et qui que ce soit, peut conduire à un cessez-le-feu durable".
  •  
  •    Quelques kilomètres à l’est de Sdérot, un demi millier de soldats israéliens de retour de Ghaza, barbes de plusieurs jours, air exténué, mangent en silence à une station-service. 
  •  
  •    "Il n’y a aucun cessez-le-feu. Les roquettes continuent de tomber", lance dégoûté un militaire de réserve à l’AFP. "C’est comment Ghaza? C’est la guerre. Je n’ai pas dormi depuis 40 heures. Je veux juste une douche et un lit".
  •  
  •    
  •    
  • Ennaharonline/ AFP

commentaires

commentaires

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!