Monde

Les Turcs aux urnes pour un référendum sur la Constitution

  •    Les bureaux de vote ont ouvert à 05H00 GMT et doivent fermer à 14H00 GMT. Les premiers résultats sont attendus assez rapidement.
  •    Pour ce scrutin, 49,5 millions d’électeurs inscrits, sur une population de 73 millions, sont appelés aux urnes. Le vote est obligatoire, sous peine d’une amende de 22 livres (environ 12 euros).
  •    Ce référendum est un test majeur de popularité pour le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan, dont le Parti de la justice et du développement (AKP), au pouvoir depuis 2002, soutient des réformes libérales mais que les laïcs soupçonnent de vouloir islamiser le pays en catimini.
  •    Le référendum porte sur 26 amendements hétérogènes à la Constitution, que M. Erdogan a vantés lors de meetings à travers le pays comme une avancée vers "plus de démocratie".
  •    Saluée par l’Union européenne comme "un pas dans la bonne direction", la réforme proposée limite les prérogatives de la justice militaire et modifie, au profit du pouvoir, la structure de deux instances judiciaires, bastions de la laïcité et adversaires de longue date du gouvernement: la Cour constitutionnelle et le Conseil supérieur de la magistrature (HSYK), en charge de la nomination des juges et des procureurs.
  •    L’opposition laïque ou nationaliste affirme que cette réforme menace l’indépendance de la justice et remet en cause la séparation des pouvoirs.
  •    Pour elle, un vote positif verra l’entrée de proches de l’AKP dans ces hautes instances judiciaires à la composition élargie, ce qui permettra de mieux contrôler le judiciaire avant les élections législatives de 2011.
  •    La réforme soumet également la dissolution des partis politiques au contrôle du Parlement qui est dominé par l’AKP.
  •    En 2008, l’AKP avait échappé de peu à la dissolution pour activités anti-laïques. Les tribunaux ont aussi contribué à bloquer diverses réformes, comme la suppression de l’interdiction du voile islamique dans les universités.
  •    Les sondages ont donné le "oui" et le "non" au coude à coude.
  •    Cette révision constitutionnelle pourrait aussi permettre de juger les auteurs du coup d’Etat militaire de 1980, survenu il y a 30 ans jour pour jour. Pour certains juristes cependant, il y a prescription.
  •    La révision prévoit aussi de nouveaux droits pour les fonctionnaires et la protection de légalité des sexes.
  •    L’AKP assure que cette réforme sera un atout dans la candidature de la Turquie à l’UE, à laquelle des poids lourds de l’Union comme l’Allemagne et la France sont opposés.
  •    Une victoire du "non" relancerait l’opposition, à moins d’un an des législatives, notent des analystes.
  •    Le parti du Premier ministre avait remporté haut la main les dernières élections générales en 2007 (46,6% des voix) mais a manifesté des signes d’essouflement lors des municipales l’an dernier (39,0%).
  •    
  • Ennaharonline

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close