Sports

L’Europe sans le gaz, aura-t-elle froid?

  •    En plein hiver, la priorité a été donnée à la satisfaction des besoins des ménages, que les gouvernements affirment pouvoir garantir pendant plusieurs semaines voire plusieurs mois selon les cas.
  •    
  •    – FRANCE: Le gaz russe représente 16% du gaz consommé en France. Le Premier ministre François Fillon doit tenir une réunion sur les approvisionnements gaziers mercredi, avec notamment le patron de GDF-Suez Gérard Mestrallet.
  •    
  •    – ALLEMAGNE: L’Allemagne a encore accès au gaz russe par le Belarus. Les autorités ont indiqué que le pays disposait d’importantes réserves.
  •    
  •    – ITALIE: Le ministre italien du développement économique Claudio Scajola a fait état mardi de "très hauts niveaux de stockage" mais a annoncé avoir pris les mesures nécessaires "pour maximiser les livraisons en provenance d’autres fournisseurs comme la Libye, l’Algérie, la Norvège, la Grande-Bretagne et les Pays-Bas".
  •    
  •    – HONGRIE: Gros consommateur de gaz (14,2 milliards de m3 par an selon l’Agence européenne de l’énergie), Budapest a limité à quatre heures la consommation des entreprises. Les réserves s’élèvent à 3,5 milliards de m3.
  •    
  •     – BULGARIE: Dépendant à 92% du gaz russe, la Bulgarie a limité la consommation de ses entreprises au niveau horaire de mercredi 4H00 GMT. Le pays peut assurer 25 à 30% des besoins du pays pendant 110 jours avec les réserves du dépôt de Tchiren (nord-ouest), selon Bulgargaz.
  •    
  •    – AUTRICHE: L’approvisionnement en gaz des ménages et des entreprises est assuré pour trois mois selon le ministre de l’Economie Reinhold Mitterlehner, repoussant l’idée d’un décret avancée dans la presse mercredi matin.
  •  
  •    Le pays possède 1,7 milliard de m3 de réserves. Plusieurs centrales au gaz sont passées au fioul.
  •    
  •    – REPUBLIQUE TCHEQUE: Prague a pris des dispositions pour se faire livrer du gaz norvégien, a indiqué le porte-parole de l’opérateur RWE Transgas, Martin Chalupsky.
  •    
  •    – SERBIE: la Serbie a orienté sa production locale de 1 million de m3 vers "des consommateurs prioritaires", selon le directeur de Srbijagas, Dusan Bajatovic. Le gouvernement a ordonné que les centrales de chauffage urbain passent au fioul.
  •    
  •    – CROATIE: Un responsable ministériel a estimé que la Croatie pouvait garantir par ses propres moyens la fourniture de gaz aux ménages, hôpitaux, écoles et autres institutions publiques pendant trois semaines.
  •    
  •    – GRECE: L’approvisionnement des ménages est assuré, mais les industriels pourraient subir une réduction à partir de dimanche si les livraisons de gaz russe ne sont pas rétablies, selon la compagnie nationale Public Gaz Corporation. 
  •    
  •    – POLOGNE: Le gouvernement libéral polonais a adopté mardi un arrêté lui permettant de limiter l’approvisionnement en gaz des clients industriels en cas d’aggravation de la situation plutôt stable grâce aux importations à travers le Belarus.
  •    
  •    – ROUMANIE: Les autorités roumaines ont assuré pouvoir tenir pendant six mois sans nouvelles importations russes, les réserves s’élevant à 2,2 milliards de m3. Bucarest a néanmoins décidé une baisse de la consommation de gaz de 4,8 millions de m3 par jour, en faisant appel à des sources alternatives d’énergie (mazout et charbon).
  •    
  •    – BOSNIE: totalement dépendante de ses importations de gaz russe, la Bosnie a mis en place des restrictions. A Sarajevo, le système de chauffage municipal utilise depuis mardi des sources alternatives, comme le mazout. Mais un tiers de la population a passé la nuit de mardi à mercredi dans le froid.
  •    
  •    
  • Ennahar/ AFP

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!