En direct

Levée de l'état d'urgence en Algérie: réactions mitigées des partis

  •    M. Bouteflika a annoncé jeudi la levée de l’état d’urgence, en vigueur depuis 19 ans, "dans un très proche avenir", selon un communiqué du Conseil des ministres.
  •  
  •    Le Front de libération nationale (FLN, nationaliste) a estimé que cette mesure était en "parfaite harmonie avec l’évolution de la société et la dynamique du peuple algérien qui aspire à davantage de progrès et de bien-être".
  •  
  •    Le Rassemblement national démocratique (RND, libéral) du Premier ministre Ahmed Ouyahia a affirmé que cette décision attestait de la validité du "modèle démocratique pluraliste en vigueur dans notre pays".
  •  
  •    Le Mouvement de la société pour la paix (MSP, islamiste) a également salué cette mesure, en estimant qu’"il s’agit d’un important pas en avant".
  •  
  •    Le FLN, le RND et le MSP sont les trois composantes de l’"Alliance présidentielle", créée pour soutenir le programme de M. Bouteflika.
  •  
  •    En revanche, le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD, opposition) y voit une "manoeuvre", destiné à créer "la diversion".
  •  
  •    Le Front des forces socialistes (FFS, opposition) a indiqué pour sa part que cette mesure "peut être perçue comme un signal positif" mais le projet d’élaboration d’une nouvelle loi intitulée loi anti-terroriste "engendre l’inquiétude et le soupçon".
  •  
  •    La secrétaire générale du parti des travailleurs (PT, trotskiste) Louisa Hanoune a estimé de son côté que les mesures annoncées jeudi par le Conseil des ministres, notamment la levée de l’état d’urgence et l’ouverture des médias publics, étaient "très positives".
  •  
  •    "Nous avons toujours milité pour la poursuite de la lutte contre le terrorisme (…) qui n’est pas en contradiction avec le droit de s’exprimer, de manifester", a-t-elle précisé à la radio publique francophone Chaine III.
  •  
  •    Le président Bouteflika a chargé jeudi le gouvernement d’élaborer des "textes appropriés qui permettront à l’Etat de poursuivre la lutte anti-terroriste jusqu’à son aboutissement". 
  •  
  •    Le parti islamiste d’El Islah (réforme) a invité pour sa part le pouvoir à "définir clairement ses positions en fixant des délais précis pour la levée de l’état d’urgence", selon l’agence de presse APS.
  •  
  •    La levée de l’état d’urgence était l’une des demandes de l’opposition et de la société civile qui se sont regroupées en une Nouvelle Coordination et ont annoncé une marche à Alger pour le 12 février en faveur d’"un changement du système", malgré son interdiction annoncée par les autorités.
  •  
  •    Outre la levée de l’Etat d’urgence, M. Bouteflika a demandé que les médias audiovisuels assurent équitablement la couverture des activités des partis et des organisations nationales légalisés.
  •    
  • Ennaharonline

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!