Monde

L'ex-ministre turc Mehmet Agar en prison 15 ans après le scandale de Susurluk

L’ex-ministre turc de l’Intérieur Mehmet  Agar s’est rendu mercredi aux autorités pour purger une peine de cinq ans de  prison liée à son implication dans un énorme scandale politico-mafieux qui  avait ébranlé la Turquie il y a quinze ans : l’affaire de Susurluk.    M. Agar s’est rendu à la prison d’Aydin-Yenipazar (ouest), où il doit être  incarcéré, après avoir fait l’objet d’un mandat d’arrêt suivant la confirmation  par la Cour de cassation de sa condamnation, a rapporté l’agence de presse  Anatolie.    L’ancien chef de la police turque, ancien ministre de l’Intérieur et ancien  chef du Parti de la Juste Voie (DYP, droite), a été condamné en septembre 2011,  au terme d’une interminable procédure judiciaire, à cinq ans de prison par un  tribunal d’Ankara en tant que "chef d’une organisation criminelle".    En 1996, Agar, alors ministre de l’Intérieur, avait été contraint à la  démission officiellement pour des "raisons de santé" alors que sa signature  figurait sur un passeport et un port d’armes officiels délivré à un tueur  ultra-nationaliste impliqué dans l’attentat contre le pape Jean Paul II,  Abdullah Catli.    L’affaire avait éclaté en novembre 1996, après un accident de la route  survenu près de la localité de Susurluk (ouest). Abdullah Catli, recherché pour  meurtre depuis les années 70 et un policier de haut rang, Huseyin Kocadag,  avaient été tués et un député du DYP, Sedat Bucak, blessé dans cet accident.    La présence ensemble de ces trois hommes avait révélé l’existence de  relations douteuses entre la police, la mafia et certains hommes politiques.    Un rapport officiel publié en 1998 a confirmé l’existence de liens entre  les services de sécurité turcs et des groupes mafieux autorisés notamment à  commettre des meurtres au nom de l’Etat, notamment de sympathisants des  rebelles kurdes du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK).    "L’avenir de la Turquie est que ses 75 millions d’habitants vivent en paix  et fraternellement. Nous n’avons jamais eu d’autre but", a déclaré Agar au  moment de son entrée en prison, selon Anatolie.
 

 Algerie – ennaharonline

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!