En directAlgérie

Liberté de la presse : La FIJ dénonce des « agressions » contre Leyla Haddad

Après avoir posté une vidéo où elle s’en est prise à Abdelaziz Bouteflika, la journaliste algéro-belge, Leyla Haddad, se plaint d’avoir subi « des agressions physiques ». La FIJ, la fédération internationale des journalistes, interpelle les autorités algériennes.

« Les agressions physiques dont a été victime il y a quelques jours à Bruxelles notre consœur Layla Lefèvre-Haddad sont inacceptables et nous demandons au gouvernement algérien de faire en sorte que cessent toutes intimidations à l’encontre de la journaliste, bien connue du parlement européen de Bruxelles », déplore Philippe Leruth, le président de la FIJ, dont les propos ont été rapportés sur le site de la FIJ.

« Il est clair qu’il y a la volonté ici de faire taire une voix qui dérange, ajoute Anthony Bellanger, le secrétaire général de la FIJ. Mais la liberté d’expression et la liberté de la presse ne se négocient pas. Que nous soyons à Bruxelles ou à Alger. Elles s’imposent à tous les citoyens.»

De son coté, la journaliste, qui travaille pour la BBC arabic, estime que « Le ministère algérien des Affaires étrangères, relayé par de nombreux médias officiels en Algérie, a publié des propos blessants et diffamatoires » à son encontre.

Leyla Haddad a diffusé deux vidéos, l’une en arabe et une autre en français, où elle interpelle violemment le chef de l’Etat, Abdelaziz Bouteflika. Le gouvernement a réagi en demandant à l’Union européenne de dénoncer la journaliste.

Tags

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close