Monde

Libye: au moins 12 morts dans les combats près d'Ajdabiya

  •    Les dépouilles de neuf rebelles ont été transportées à la morgue de l’hôpital Jala, à Benghazi, fief de la rébellion libyenne situé à 160 kilomètres au nord de la zone d’Ajdabiya, théâtre d’affrontements sanglants depuis samedi, a constaté un journaliste de l’AFP.
  •  
  •    "Nous avons reçu neuf martyrs et 14 blessés venant du secteur d’Ajdabiya", a confirmé un responsable de cet hôpital, où sont transportées en règle générale la plupart des victimes de la rébellion lors des affrontements dans l’est de la Libye.
  •  
  •    "De notre côté, nous avons eu trois morts et trois blessés d’Ajdabiya", a indiqué à l’AFP un médecin de l’hôpital al-Hawari, où ont aussi été transportées les victimes.
  •  
  •    En fin de journée dimanche, des combats avaient toujours lieu aux abords de la sortie ouest d’Ajdabiya, ouvrant la route vers la ville pétrolière de Brega, selon un correspondant de l’AFP sur place.
  •  
  •    Les insurgés libyens ont par ailleurs indiqué avoir capturé 15 mercenaires algériens à Ajdabiya et en avoir tué trois pendant de violents combats samedi dans cette ville.
  •  
  •    Selon un porte-parole des rebelles, Chamseddine Abdoulmolah, les  mercenaires capturés ne portaient pas de papiers d’identité, mais "ils ont dit qu’ils étaient algériens et avaient un accent algérien".
  •  
  •    Il a précisé à l’AFP que plusieurs cartes d’identité et passeports algériens avaient été trouvés dans un bâtiment proche, à Ajdabiya. Il n’était pas clair dimanche en fin de journée si l’un ou plusieurs de ces présumés mercenaires algériens avaient été comptabilisés dans le bilan des douze morts fournis par les hôpitaux de Benghazi.
  •  
  •    Les rebelles dénoncent régulièrement la présence de mercenaires, notamment africains, parmi les forces loyales au colonel Kadhafi, confronté depuis la mi-février à une insurrection populaire, qui s’est transformée en guerre civile.
  •  
  •    Le porte-parole des rebelles, qui a précisé que les prisonniers étaient bien traités, a accusé l’Algérie de soutenir Mouammar Kadhafi, affirmant que ce pays "fermait les yeux" sur la venue de mercenaires.
  •  
  •    Une délégation de présidents africains devait rencontrer dimanche après-midi à Tripoli le colonel Kadhafi pour plaider en faveur d’une trêve dans les combats entre son armée et la rébellion, notamment à Ajdabiya (est) et à Misrata (ouest).
  •  
  •    Le président sud-africain, Jacob Zuma, et ses homologues du Congo, du Mali, de Mauritanie ainsi que le ministre ougandais des Affaires étrangères, mandatés par l’Union africaine (UA), ont ensuite prévu de se rendre dimanche soir et lundi à Benghazi.
  •  
  •    Leur tâche s’annonce délicate, les chefs de la rébellion ayant rejeté toute idée d’un cessez-le-feu impliquant le maintien au pouvoir de M. Kadhafi ou de ses fils.
  •    
  • Ennaharonline

commentaires

commentaires

Voir plus

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *