Monde

Libye: Ben Jawad aux mains des rebelles

  •    Ben Jawad, qui avait été la position la plus avancée des rebelles de l’Est libyen lors de leur première poussée vers l’ouest début mars, avait été reprise par les forces fidèles au colonel Mouammar Kadhafi le 6 mars.
  •  
  •    Les combats avaient alors fait au moins 12 morts et plus de 50 blessés, et marqué le début de la contre-offensive du régime, dont les troupes étaient arrivées jusqu’aux portes de Benghazi, siège de l’opposition, le 19 mars avant d’en être chassées par les frappes de la coalition internationale.
  •  
  •    Les insurgés ont expliqué avoir profité des frappes aériennes françaises sur Ben Jawad à 09H00 (07H00 GMT) pour prendre l’avantage.
  •  
  •    Les carcasses de chars détruits lors de ces frappes étaient visibles, et les rues résonnaient des tirs de joie de rebelles. Des insurgés en liesse ont mis le feu au drapeau libyen et tiré sur un poster du colonel Kadhafi.
  •  
  •    Une centaine de combattants dansaient et chantaient "Mouammar, tu es un chien, nous avons marché droit sur Ben Jawad".
  •  
  •    Un groupe d’insurgés a ensuite repris la route vers l’ouest, en direction de Syrte, la ville natale du colonel Kadhafi, à 150 km de là.
  •  
  •    "Les forces de Kadhafi sont effrayées. (Certains) ont abandonné leurs armes et uniformes, et sont vêtus en civil", a déclaré à l’AFP Mohammed Ali el-Atwish, un insurgé de 42 ans.
  •  
  •    Concernant les combattants pro-Kadhafi faits prisonniers, il a expliqué: "S’ils sont Libyens, nous les enverrons en prison puis les renverront dans leurs familles. Si ce sont des mercenaires, ils se seront jugés. Nous ne torturons pas nos prisonniers, notre religion nous l’interdit".
  •  
  •    Après avoir repris samedi les villes d’Ajdabiya, carrefour stratégique à 160 km au sud de Benghazi, et de Brega, site pétrolier 80 km plus à l’ouest, puis Ras Lanouf, les insurgés libyens avançaient vite dimanche en direction de Syrte, profitant de la débandade des troupes régulières.
  •  
  •    Selon des journalistes de l’AFP, les stations service étaient fermées le long de la route côtière. Des camions de rebelles transportaient de l’essence, mais des problèmes de ravitaillement pourraient survenir.  
  •    
  • Ennaharonline
  •  

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!