Monde

Libye: combats à Zenten, 8 Libyens pro-Kadhafi tués selon un témoin tunisien

  •    "Hier à Zenten, j’ai vu les révolutionnaires tuer quatre militaires libyens et quatre Africains noirs en uniforme", a raconté Mourad Rayachi, 22 ans, quelques minutes après avoir traversé le poste-frontière tunisien de Dehiba, à environ 300 kilomètres au sud de Ras Jdir.
  •  
  •    Selon lui, le calme était revenu ce mardi quand il a quitté Zenten. "Le peuple est armé et tient la ville. Depuis le 18 février, l’armée de Kadhafi avance et recule", a ajouté le jeune tôlier, en affirmant avoir fui à cause des violences.
  •  
  •    En chemin, "la route était calme mais il y avait des check-points, et les militaires libyens m’ont pris ma puce de téléphone portable", a-t-il affirmé.
  •  
  •    Mourad prévoit désormais de rentrer chez lui, dans la ville tunisienne de Kairouan. "Je ne veux pas retourner en Libye, il y a trop de problèmes".
  •  
  •    Plus de 4.200 personnes fuyant la Libye ont franchi depuis le 20 février le poste-frontière de Dehiba, selon la police tunisienne, selon laquelle une trentaine de réfugiés passent quotidiennement ces derniers jours.
  •  
  •    Sous un grand portrait du colonel Kadhafi, plusieurs militaires libyens étaient visibles de l’autre côté du poste-frontière, planté dans une zone désertique ponctuée de plateaux rocheux couleur ocre.
  •  
  •    Les migrants, des Egyptiens, des Bangladeshis, des Coréens, ou des Ghanéens, sont envoyés sur le camp de transit de Choucha, près du poste-frontière de Ras Jdir, en l’absence de structures d’hébergement à Dehiba.
  •  
  •    Un Bangladeshi arrivé ce mardi de Libye attendait au poste-frontière un moyen de transport pour se rendre à Sfax, espérant s’y faire embaucher par la société de construction tunisienne pour laquelle il travaillait à la frontière algéro-libyenne.
  •  
  •    "Il y a des combats à Ghadames", à 650 km au sud-ouest de Tripoli, à la frontière de la Tunisie et l’Algérie, j’ai entendu des coups de feu", a affirmé Nurun Nobi, en expliquant s’être fait voler argent et téléphone portable sur la route par des militaires libyens.
  •  
  •    Zenten est la première ville de l’Ouest libyen à avoir manifesté le 16 février. Elle a été prise par les rebelles quelques jours après le début de la révolte contre Mouammar Kadhafi, partie le 15 février de Benghazi (est).
  •    
  • ennaharonline

commentaires

commentaires

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!