Monde

Libye: des centaines de morts et des milliers de blessés

  •  La plupart des victimes ont été tuées à Benghazi, deuxième ville du pays à 1.000 km à l’est de Tripoli, mais selon des témoins, des heurts sanglants ont éclaté samedi à Musratha, à 200 km à l’est de la capitale.
  •  
  • Benghazi, bastion de l’opposition, est devenu la scène de "massacres", selon un des organisateurs des manifestations, qui s’exprimait sur la chaîne Al-Jazira. "Cela ressemble à une zone de guerre ouverte entre les manifestants et les forces de sécurité".
  •  
  • Dans la capitale libyenne, la tension était perceptible dimanche. Des dizaines d’avocats ont participé à un sit-in de protestation contre la répression devant le tribunal, selon des témoins et des sites d’opposition. Ils ont été cernés par des policiers alors que journalistes et passants étaient tenus à l’écart.
  •  
  • De nombreux habitants faisaient des courses pour constituer des réserves alimentaires tandis que des commerçants vidaient leurs boutiques, de crainte de manifestations à venir.
  •  
  • Des membres des comités révolutionnaires en civil patrouillaient les rues de Tripoli, très peu animées, à bord de voitures parfois sans plaques d’immatriculation, selon d’autres témoins.
  •  
  • Des affrontements ont eu lieu par ailleurs dimanche à Zaouia, à 60 km à l’ouest de Tripoli, de mêmes sources.
  •  
  • Selon le directeur du bureau de HRW à Londres, Tom Porteous, "au moins 173" personnes ont été tuées depuis mardi. Ce décompte est basé sur des sources hospitalières dans l’est de la Libye, dans quatre villes dont Benghazi, a-t-il ajouté, précisant qu’il s’agissait d’un chiffre incomplet en raison des difficultés de communications.
  •  
  •  
  • "Nous avons de fortes inquiétudes (…) qu’une catastrophe soit en cours en matière de droits de l’Homme", a-t-il affirmé.
  •  
  • Les ulémas libyens exhortent les services de sécurité à arrêter les massacres
  •  
  • Cinq ulémas musulmans libyens ont lancé un appel aux forces de sécurité les exhortant à cesser les massacres contre les libyens. Dans le communiqué auquel ont aussi pris part des intellectuels et des chefs de tribus, ils rappellent que « Dieu et son prophète interdisent de tuer des innocents, ne tuez pas vos frères et vos sœurs et arrêtez le carnage maintenant ».
  •  
  • Benghazi a été le théâtre, avant-hier samedi, d’un grand carnage lorsque les forces de sécurité ont tiré sur un cortège funèbre, des victimes de jeudi derniers,  faisant centaines de morts et des blessés.
  •  
  • La ville de Musratha, troisième grande ville de Libye, situés à l’est de la capitale Tripoli, a connue de violents accrochages entre les manifestants et les forces de l’ordre. Selon un témoin, une personne a été tuée et plusieurs autres ont été blessés lorsque des Baltagias (voyous) se sont attaqués aux manifestants à coup de bâtons et de pierres.
  •  
  • Ennahar/ Nachida K/ Agences

commentaires

commentaires

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!