En direct

Libye: des manifestants tentent de lever le siège autour du ministère des AE

Plusieurs centaines de manifestants  étaient rassemblés vendredi soir devant le ministère des Affaires étrangères à  Tripoli pour tenter de lever le siège du bâtiment, assiégé depuis près de deux  semaines par des miliciens armés, a constaté un journaliste de l’AFP.    Des centaines de Tripolitains s’étaient rassemblés dans l’après-midi sur la  place d’Alger, dans le centre de la capitale libyenne, pour manifester leur  soutien au gouvernement d’Ali Zeidan et dénoncer le siège imposé à des  institutions de l’Etat.    Les protestataires se sont dirigés par la suite vers le bâtiment du  ministère des Affaires étrangères, toujours assiégé par des miliciens, pour  crier leur refus de l’usage des armes.    "Non aux milices", "Le peuple appuie la légitimité issue des urnes",  "L’exclusion politique est notre revendication, mais pas la chute du  gouvernement", pouvait-on lire sur les pancartes brandies par les manifestants.    Le terme d’"exclusion" désigne la revendication que les anciens membres du  pouvoir de Mouammar Kadhafi soient exclus des instances gouvernementales  actuelles.    Dans la soirée, la tension était grande devant le bâtiment du ministère des  Affaires étrangères entre manifestants et miliciens qui se bousculaient à la  porte du ministère.    Le ministre de la Justice, Salah al-Marghani, accompagné par deux de ses  collègues, a tenté d’entrer dans le bâtiment mais il a été "menacé", selon lui,  par des miliciens.    "Ils étaient violents et nous ont empêchés d’entrer au ministère", a-t-il  dit.    Les miliciens avaient retiré mercredi leurs véhicules armés des abords des  ministères des Affaires étrangères et de la Justice, tout en poursuivant le  siège des deux bâtiments.    Ces groupes armés réclamaient initialement une loi bannissant de la vie  politique les anciens responsables et collaborateurs du régime Kadhafi.    Mais après l’adoption de cette loi controversée par le Congrès général  libyen (CGN), la plus haute autorité du pays, les protestataires ont annoncé  qu’ils réclamaient aussi le départ du chef du gouvernement Ali Zeidan, accusé  de complaisance envers les anciens kadhafistes.    A Benghazi, dans l’est de la Libye, quelques centaines de manifestants se  sont aussi rassemblés vendredi dans le centre ville pour dénoncer les milices  et appuyer le gouvernement. 

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close