En direct

Libye: des miliciens cernent des ministères, veulent le départ du cabinet

 
 Des hommes armés cernaient  toujours lundi des ministères à Tripoli, malgré l’adoption d’une loi  controversée qu’ils réclamaient, a indiqué à l’AFP un leader de la  protestation, affirmant que le siège des ministères se poursuivrait jusqu’à la  chute du gouvernement d’Ali Zeidan.    "Nous sommes déterminés à poursuivre notre mouvement jusqu’au départ d’Ali  Zeidan", a indiqué à l’AFP Oussama Kaabar, après que des miliciens aient  affirmé dimanche qu’ils se retireraient des abords des ministères de la Justice  et des Affaires étrangères, après l’adoption de la loi excluant les anciens  collaborateurs du régime déchu.    Selon un journaliste de l’AFP, des hommes armés et des véhicules équipés de  mitrailleuses et de canons anti-aériens cernaient toujours lundi les deux  ministères.    "L’adoption de la loi sur l’exclusion politique constitue un grand pas sur  la bonne voie. Mais nous allons prendre notre temps pour examiner certains  points de cette loi", a déclaré M. Kaabar, membre de la "Coordination pour  l’exclusion politique" et vice-président du Conseil supérieur des Thowars  (révolutionnaires) libyens.    "D’un autre côté, nous sommes déterminés à faire tomber le gouvernement  d’Ali Zeidan", a-t-il dit, accusant le Premier ministre de "provoquer les  Thowars", les ex-rebelles ayant combattu le régime de Mouammar Kadhafi, et de  former une force pour les évacuer de la capitale.    Le gouvernement d’Ali Zeidan avait lancé il y a quelques semaines une  campagne pour évacuer de la capitale les "milices hors-la-loi". 

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close