Monde

Libye: informations contradictoires sur le sort de plusieurs villes

Le régime libyen du colonel Mouammar Kadhafi a  

affirmé dimanche matin avoir repris le contrôle de Ras Lanouf (est), Misrata  (ouest) et Tobrouk (est), qui étaient aux mains des insurgés, mais ces derniers ont contesté ces informations. 
   "Les forces armées libyennes ont pris le contrôle des villes de Misrata et Ras Lanouf", une ville pétrolière stratégique, a rapporté la télévision Al Libya, proche de Seif Al-Islam, fils du colonel Mouammar Kadhafi. 
   La télévision d’Etat a annoncé de son côté la "libération de la ville de Tobrouk des bandes terroristes" et a diffusé des images de "manifestations de joie" sur la place Verte à Tripoli, ainsi qu’à Syrte (à l’est de Tripoli) et Sebha (sud). 
   La chaîne Al-Libya, qui citait une source militaire, a ajouté que les forces armées se dirigeaient vers la ville rebelle de Benghazi, à 1.000 km à l’est de Tripoli. 
   Mais les insurgés ont contesté la reprise par les forces pro-Kadhafi de ces villes. 
   Fateh Faraj, un membre du conseil des insurgés à Tobrouk joint par téléphone, a déclaré que ce n’était "pas vrai" que Tobrouk était tombé aux mains des pro-Kadhafi. 
   "La région allant d’Ajdabiya à la frontière égyptienne est sous notre contrôle", a-t-il dit, en précisant que la situation était calme et qu’"absolument rien" ne se passait. 
   Des journalistes de l’AFP sur place ont également constaté que Ras Lanouf était toujours contrôlée dimanche matin par les insurgés. 
   "Kadhafi a dit qu’ils avaient repris Ras Lanouf mais nous sommes toujours ici, et pas seulement ici, mais aussi plus loin" à l’Ouest, a déclaré à l’AFP le colonel Bashir al-Moghrabi, un des chefs des insurgés à Ras Lanouf. Il a précisé être en "contact avec des insurgés à Misrata et Zawiyah", qui disent qu’ils ont toujours le "contrôle" de ces villes. 
   "Il n’y a pas eu des combats dans la nuit (à Ras Lanouf), la ville est sous notre contrôle", a indiqué un autre insurgé à l’AFP sur place. 
   En revanche, un avion de combat a mené dimanche matin un raid aérien sur Ras Lanouf créant deux cratères dans le sable, près d’un point de contrôle des insurgés, selon des journalistes de l’AFP sur place et des témoins. 
   "Il y a eu deux roquettes. Il n’y a pas de blessés, ni de dégâts", a déclaré un des rebelles, Abdal Sharif. 
   Des journalistes de l’AFP ont vu deux cratères de 2 mètres de diamètre à environ 20 mètres de la route et cinquante mètres du point de contrôle. 
   Les insurgés ont ouvert le feu, avec plusieurs dispositifs anti-aériens, a constaté un reporter de l’AFP. Effrayés, les habitants couraient dans la rue. 
   En milieu de matinée, un nouveau raid aérien a été mené par les forces pro-Kadhafi sur Ras Lanouf, selon des journalistes de l’AFP. 
   A la question de savoir si les insurgés allaient avancer vers Syrte, la ville natale du dirigeant Mouammar Kadhafi, le colonel Moghrabi, a déclaré:  
"Nous ne savons pas. Tous les soldats arrivent de Benghazi. Nous sommes plus de 8.000 hommes". 
   Par ailleurs, des tirs de partisans de Mouammar Kadhafi résonnaient dimanche depuis 06H20 (04H20 GMT) dans le centre de la capitale libyenne,  Tripoli, selon un journaliste de l’AFP. 
   "Nous tirons parce que nous avons battu Al-Qaïda. Nous avons gagné, Al-Qaïda est parti", a déclaré à l’AFP un militaire sur place. 
   Le centre-ville résonnait du bruit des klaxons, les voitures étant présentes en grand nombre, tandis que des drapeaux étaient accrochés aux rebords des fenêtres. 
   Tripoli, restée sous le contrôle des autorités libyennes, a été largement épargnée par les violences depuis une semaine.

commentaires

commentaires

Voir plus

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *