Monde

Libye: la France réaffirme son opposition à une opération militaire

  •    "Faut-il préparer une intervention militaire? Nous ne le pensons pas dans le contexte actuel", a déclaré à l’Assemblée nationale le chef de la diplomatie française, Alain Juppé, en évoquant les conséquences d’une opération de l’Otan en Libye.
  •  
  •    "Il est probable qu’elle pourrait resouder contre le nord de la Méditerranée les opinions publiques et les peuples arabes", a-t-il estimé.
  •  
  •    Lors d’une réunion mercredi à Bruxelles des ambassadeurs des pays membres de l’Otan, "nous avons fait part de nos réticences", a ajouté le ministre français. 
  •  
  •    "En revanche il est possible de continuer à planifier par exemple une zone d’exclusion aérienne à condition qu’elle ne soit activée (…) que sur une décision du Conseil de sécurité des Nations unies", a-t-il dit.
  •  
  •    Alain Juppé a aussi indiqué que la première cargaison d’aide humanitaire française était en cours d’acheminement vers la ville libyenne de Benghazi.
  •  
  •    "Les convois sont en route vers Benghazi et nous sommes disponibles pour contribuer à l’évacuation des réfugiés égyptiens vers l’Egypte par la voie aérienne ou maritime. Je serai au Caire dimanche pour manifester notre solidarité à tous les peuples de la région", a-t-il ajouté.
  •  
  •    Selon des sources diplomatiques, deux camions et un car se dirigaient mercredi vers la frontière entre l’Egypte et la Libye. Le trajet entre Le Caire et Benghazi est d’une durée estimée de 16 heures. 
  •  
  •    La France avait affrété mardi deux avions chargés de matériels et de personnels médicaux mais n’a pu les faire poser à Benghazi, la piste de l’aéroport ayant été bloquée par les insurgés craignant l’arrivée de commandos fidèles à Kadhafi.
  •    
  • Ennaharonline

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!