En direct

Libye: le gouvernement annonce des mesures pour renforcer la sécurité dans le sud

La Libye a annoncé dimanche une série de  mesures pour renforcer la sécurité dans les régions du sud du pays et sur les  frontières, après avoir été accusée d’être devenue une source d’instabilité  pour ses voisins du sud.    "Le gouvernement a discuté des mesures qui vont être prises pour assurer la  sécurité dans le sud et qui seront mises en place sur deux volets: d’abord, le  maintien de l’ordre dans les villes du sud et puis la surveillance et le  contrôle des frontières", a déclaré le Premier ministre Ali Zeidan lors d’un  point de presse.    Selon M. Zeidan, des primes allant jusqu’à 1.500 dinars (1.200 dollars)  vont être accordées aux soldats et aux thowars (les ex-rebelles ayant combattu  le régime de Mouammar Kadhafi en 2011) qui acceptent de travailler dans cette  région désertique au climat difficile.    Des réévaluations de salaires sont également prévues pour les soldats et  policiers libyens, a-t-il ajouté.    M. Zeidan a annoncé par ailleurs l’arrivée, "les prochains jours", d’une  mission de l’Union européenne pour aider la Libye à mieux contrôler ses  frontières.    Cette mission était envisagée depuis la chute du dictateur Mouammar Kadhafi  en octobre 2011, les autorités de Tripoli peinant à assurer la surveillance des  frontières terrestres de la Libye, qui s’étendent sur plus de 4.000 km, souvent  dans des zones désertiques où se déroulent des trafics en tous genres.    Les nouvelles autorités libyennes ont échoué jusqu’ici à mettre en place  une police et une armée professionnelles et le sud libyen est devenu une  inquiétude pour les voisins du sud, notamment le Tchad et le Niger.    Ainsi, le président nigérien Mahamadou Issoufou avait indiqué que les  assaillants qui ont commis le 23 mai deux attentats suicide au Niger venaient  du Sud libyen. Selon lui, ils préparaient parallèlement une "attaque" contre le  Tchad.    M. Zeidan avait démenti ces "allégations sans fondements", répétant que son  pays "ne pourrait devenir en aucun cas une source de souci ou de  déstabilisation pour ses voisins".    Des experts et des diplomates occidentaux estiment toutefois que le Sud  libyen serait devenu ces derniers mois l’un des sanctuaires où se sont  reconstituées les cellules jihadistes après que les mouvements islamistes armés  ont été délogés du nord du Mali depuis janvier par une opération militaire  franco-africaine. 

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close