Monde

Libye: le siège d'une télévision privée à nouveau attaqué

Le siège de la télévision privée  Al-Aseema TV a été la cible mardi à l’aube d’une attaque aux roquettes RPG pour  la deuxième fois en une semaine causant d’importants dégâts matériels sans faire de victime, selon un responsable de la chaîne. "Un groupe armé a mené à 05H00 ce matin (03H00 GMT) une attaque aux  roquettes conte le siège d’Al-Aseema TV pour la deuxième fois en une semaine",  a déclaré à l’AFP le directeur exécutif de la chaîne Atef al-Ghanmi. Selon lui, "ces groupes inconnus ont utilisé un bâtiment situé en face du  siège de la chaîne pour tirer les roquettes, détruisant un pavillon du bâtiment  épargné lors de la première attaque". Il n’y a pas eu de victime, a-t-il ajouté, précisant que "les gardes  d’Al-Aseema TV ont riposté obligeant les assaillants à prendre la fuite". Le 11 février, trois roquettes RPG ont été tirées sur le bâtiment  d’Al-Aseema TV blessant un gardien. La chaîne continuait toujours mardi à émettre diffusant en boucle les images des dégâts dans les bâtiments de la télévision située dans le quartier de Gurji près du centre de Tripoli. Connue pour être anti-islamiste et proche des libéraux, Al-Aseema TV avait  été déjà la cible d’une attaque en mars 2013. Un groupe armé avait pris d’assaut le bâtiment, saccagé les locaux et  enlevé le propriétaire et des présentateurs de la chaîne, avant de les libérer  successivement plusieurs heures plus tard. La chaîne est régulièrement critiquée ces derniers jours par les islamistes  qui l’accusent d’inciter la population à manifester contre le Congrès général national (CGN, Parlement) après sa décision controversée de prolonger son  mandat qui devait s’achever initialement le 7 février. Plusieurs attaques ont visé ces derniers jours les journalistes et les médias en Libye. Reporters sans frontières (RSF) a dénoncé "la spirale de violences à  l’encontre des professionnels des médias dans laquelle s’enfonce chaque jour un  peu plus la Libye". "Il est affligeant et déconcertant de voir un pays, dont le peuple s’est  battu pour abolir plus de quatre décennies d’autoritarisme, être ravagé par  tant de violence à l’encontre des médias aujourd’hui", s’est indigné RSF.

commentaires

commentaires

Voir plus

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *