Monde

Libye: Misrata assiégée manque de tout

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.
  •    Des queues se forment devant les boulangeries où le pain se fait de plus en plus rare, et devant les stations service, où des centaines de voitures attendent des heures dans les rares quartiers à l’abri des franc-tireurs.
  •  
  •    Les services municipaux, notamment les systèmes d’évacuation, l’électricité et les communications, touchés par les bombardements des forces de Mouammar Kadhafi, sont réduits.
  •  
  •    Des habitants de quartiers sud contrôlés par les forces du colonel Kadhafi doivent emprunter en cachette des rues menant aux secteurs sous contrôle rebelle pour trouver de la nourriture et de l’essence.
  •  
  •    Près du port, seul accès au monde extérieur, des migrants de pays africains ont pris refuge sous des tentes de fortune avec peu à manger. Le secteur n’est pas à l’abri des bombes mais ils attendent de pouvoir être évacués sur des bateaux arrivant désormais quasi quotidiennement.
  •  
  •    "Nous produisons moins de 20% d’électricité par rapport à la production antérieure aux combats", explique aux journalistes Saleh Siwy, chef de l’union des ingénieurs de Misrata. La ville manque de gazole pour les groupes électrogènes, de pompes à eau, de médicaments, d’un réseau de communications pour remplacer celui de téléphonie mobile coupé par Tripoli et de nourriture pour enfants en bas âge.
  •  
  •    Les enfants sont particulièrement vulnérables. Des journalistes de l’AFP en ont vu plusieurs dans les hôpitaux: un garçon de 10 ans, sous respirateur artificiel, atteint à la tête par un franc-tireur, ou cette fillette de 3 ans dont l’estomac a été déchiré par une bombe à sous munitions tombée sur la maison familiale.
  •  
  •    Dans une école aujourd’hui devenue l’orphelinat de la ville, 101 enfants sont pris en charge par des volontaires. Ils avaient passé un mois dans le sous-sol de leur orphelinat, dans le centre de Misrata, devenu depuis un champ de bataille.
  •  
  •    Un volontaire, Moustafa Abdelhamed, explique que les forces loyalistes tirent "sur les maisons et les gens des missiles Grad, utilisés d’habitude contre les chars". "Quand on fait la queue pour le pain, on est bombardé par des missiles".
  •  
  •    Dans l’une des six boulangeries encore opérationnelles, des dizaines de personnes attendent, des heures durant sous le soleil, pour avoir du pain, seule nourriture pour de nombreuses familles.
  •  
  •    La boulangerie, qui avant le conflit servait environ 2.000 personnes par jour, travaille aujourd’hui fébrilement pour subvenir aux besoins de 20.000 personnes. Le pain est rationné.
  •  
  •    Il y a assez de farine mais une pénurie de gazole et de levure, explique  Oussama al-Cherif, un volontaire dans la boulangerie. "Il y a environ 500.000 personnes à Misrata à présent. Combien de bouches peut-on nourrir?"
  •  
  •    La population se mobilise pour s’entraider.
  •  
  •    Un point de distribution a été créé près de la plus vieille mosquée de la ville pour distribuer riz, thon et sauce tomate à des personnes venues des secteurs contrôlés par les forces loyalistes.
  •  
  •    La situation est plus grave pour les migrants du Niger, du Tchad et du Ghana, qui avant le conflit travaillaient dans l’usine sidérurgique de Misrata, le port et la construction.
  •  
  •    Ils campent par milliers dans des conditions sordides sur la route menant au port. Ils sont largement ignorés, sauf par les humanitaires.
  •    "Nous n’avons pas d’eau ni de nourriture. Les gens sont exténués. la nourriture est très mauvaise, l’abri n’est pas bon du tout. Tout ce qu’on veut c’est partir", affirme un Nigérian, Jacob Alto, 40 ans. "Nous attendons un bateau. Où est le bateau ?"
  •    
  • Ennaharonline

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

commentaires

commentaires

Voir plus

admin

Journaliste- Rédacteur du site web ALG24 depuis décembre 2016.
Dans la presse électronique depuis mars 2014. Spécialisé dans l’information la culture francaise.
adresse: cité la konkord batiment 6 N°3 alger
E-mail: dzsecurity@gmail.com
Numéro de téléphone: 0558 76 14 11

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *