Monde

Libye: nouveaux affrontements à Koufra, au lendemain de combats meurtriers

  Les combats armés entre tribus  dans le sud-est désertique de la Libye qui ont fait au moins 17 morts et 20  blessés dimanche et lundi, ont repris mardi, faisant de nouvelles victimes,  a-t-on appris mardi de sources tribales et officielles. Les affrontements entre la tribu des Zwai et celle des Tobous avaient  éclaté dimanche dans la ville de Koufra et cinq personnes y avaient péri, selon  des sources au sein des deux tribus.  Lundi, le bilan s’est alourdi à 17 morts, dont huit côté tobou, selon les  même sources. "Nous sommes encerclés de tous les côtés par les Zwai qui tirent sur nos  maisons avec des armes lourdes", a indiqué à l’AFP Tourki Tobawi, un membre de la tribu des Tobous.   M. Tobawi a fait état de cinq morts mardi et de 23 blessés, mais ce bilan n’a pu être vérifié auprès d’autres sources.    Une autre source de la même tribu a fait état de "blessés".    Un membre des Zwai a confirmé à l’AFP, sous le couvert de l’anonymat, que  sa tribu encerclait les Tobous et que la résistance de ces derniers avait  "baissé d’intensité".  Par ailleurs, selon des sources au sein des deux tribus, au moins un avion  militaire a atterri lundi soir à l’aéroport de Koufra, chargé de renforts en  armes et en hommes."Le gouvernement a envoyé des renforts aux Zwai. C’est un plan pour  exterminer les Tobous", a accusé M. Tobawi, mettant en garde contre un  "massacre auquel participe les autorités libyennes".Interrogé par l’AFP, Mohammed al-Harizi, porte-parole du Conseil national  de transition (CNT) au pouvoir, a confirmé des accrochages de "moindre  intensité" mardi, expliquant que les Thowars (ex-rebelles) combattaient un  groupe de "contrebandiers" du désert, aidés par des "éléments étrangers".  Selon M. Harizi, les combats à Koufra ont éclaté après qu’un membre de la  tribu Zwai a été tué par des contrebandiers il y a trois jours.   Les Tobou qui vivent aussi au Niger et au Tchad contestaient leur marginalisation sous l’ancien régime de Mouammar Kadhafi qui refusait d’accorder la citoyenneté à certains de leurs membres, invoquant leurs origines tchadiennes.    Koufra, une ville de 40.000 habitants située au sud-est de la Libye,  frontalier du Tchad, du Soudan et de l’Egypte, est un point de passage stratégique de contrebandiers du désert.

 

 

 Algérie- ennaharonline

commentaires

commentaires

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!