Monde

Libye: situation alimentaire dramatique dans les montagnes de l'Ouest

  •    La première mission d’évaluation de l’ONU dans cette région "a permis d’établir que la sécurité alimentaire était une préoccupation majeure pour la population là-bas", a expliqué une porte-parole du PAM, Emilia Casella au cours d’un point de presse.
  •  
  •    Beaucoup "de personnes dépendent totalement de l’aide alimentaire pour survivre", a-t-elle ajouté.
  •  
  •    Les experts de la mission onusienne qui se sont rendus à Nalout, Wazin, Jadu et Zintan, "ont vu seulement deux vaches pendant toute la durée de leur mission, mais ni moutons ni chèvres", a-t-elle poursuivi.
  •  
  •    Ils ont "été réellement choqués (de voir) qu’il n’y avait aucun commerce, que les magasins étaient fermés, les fonctionnaires n’ont pas été payés depuis février", a encore indiqué Mme Casella.
  •  
  •    "Les gens vendent leurs réserves de nourriture ou les consomment", ils n’ont accès ni aux œufs, ni à de la viande ou du poisson, a-t-elle insisté.
  •  
  •    Pour faire face à cette situation, le PAM a distribué 800 mètres cubes de denrées alimentaires dans la "région dévastée" où il a déjà atteint 125.000 personnes parmi les plus vulnérables.
  •  
  •    Jusqu’à présent, l’agence onusienne a distribué plus de 6.000 tonnes d’aide alimentaire à plus d’un demi-million de personnes à travers la Libye depuis le début de ses opérations d’urgence il y a quatre mois.
  •  
  •    Début juin, le Haut commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR) avait mis en garde contre l’imminence d’une crise de l’aide humanitaire dans le pays alors que le conflit se poursuit depuis des mois et que les sanctions prises par plusieurs pays commencent à produire leurs effets.
  •  
  •    Pour sa part, un porte-parole de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Tarik Jasarevic, a déclaré vendredi que l’agence onusienne était "extrêmement préoccupée par la pénurie continue de médicaments".
  •  
  •    "Nous allons bientôt arriver au point où nous ne disposerons pas de médicaments", a-t-il déploré, indiquant que l’OMS discutait avec Tripoli pour tenter d’améliorer la question de l’approvisionnement.
  •  
  •    Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a également fait part mardi de ses inquiétudes quant à la situation sanitaire dans le pays, citant la pénurie de matériel médical et le départ vers l’étranger du personnel travaillant dans le secteur.
  •  
  •    "Si cette tendance se poursuit, cela pourrait être assez dramatique", a estimé Paul Castella, directeur sortant de la délégation du CICR en Libye.
  •  
  •    Il s’est dit "extrêmement inquiet", mais le CICR ne parle toutefois pas encore de "catastrophe".
  •  
  •    "Aujourd’hui nous voyons des personnes qui ne peuvent être traitées par dialyse alors qu’elles devraient l’être", a expliqué M. Castella.
  •  
  •    Dans la ville de Sabha, dans le sud-ouest de la Libye,"le nombre de personnes qui meurent faute de dialyse est plus élevé que le nombre de morts par armes à feu", a-t-il cité en exemple.
  •  
  •    La situation à Sabha, bastion du clan du dirigeant libyen Mouammar Kadhafi et principale ville du désert libyen, est particulièrement difficile à la suite de l’éruption d’une épidémie de rougeole qui frappe surtout les nomades touaregs, selon le CICR.
  •  
  •    M. Castella a par ailleurs refusé de commenter la possible existence d’une politique de viols en série qui serait dirigée par le régime de Kadhafi telle que l’a décrite début juin le procureur de la Cour pénale internationale (CPI).
  •  
  •    "Nous suivons la situation des personnes touchées par le conflit, y compris cette question, mais nous n’avons pas encore d’information à divulguer" sur ce sujet, a-t-il souligné.
  •    
  • Ennaharonline

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!