En direct

Libye: tensions avant des manifestations contre la plus haute instance politique

    
 Des appels à manifester vendredi contre  la prolongation du mandat de la plus haute instance politique en Libye, font  craindre une nouvelle flambée des violences dans ce pays divisé qui peine à  mettre fin à une période de transition chaotique.    Une attaque jeudi soir contre le siège de l’état-major de l’armée à Tripoli  a aggravé les craintes d’une journée mouvementée durant laquelle les autorités  de transition pourraient rapidement perdre le contrôle de la situation.    L’ampleur de la mobilisation pour les manifestations reste toutefois  incertaine, malgré la multiplication des appels sur les réseaux sociaux. Aucune  heure ni lieu précis n’ont été fixés pour les rassemblements qui devraient  avoir lieu dans l’après-midi après la prière.    Elu en juillet 2012 lors des premières élections libres de Libye après huit  mois d’une révolte armée qui a chassé du pouvoir le dictateur Mouammar Kadhafi,  le Congrès général national (CGN) avait pour mission de préparer l’élection  d’une Constituante et d’organiser des élections générales, dans un délai de 18  mois.    Selon ce calendrier, prévu par une déclaration constitutionnelle, sorte de  mini-Constitution provisoire qui régit la transition post-Kadhafi, le mandat du  CGN devrait donc s’achever le 7 février.    Mais le CGN a entériné lundi sa décision de prolonger son mandat jusqu’en  décembre 2014, opérant des amendements constitutionnels, malgré l’opposition  d’une grande partie de la population qui critique son incapacité à rétablir  l’ordre et mettre fin à l’anarchie.    Population et partis politiques sont divisés: certains estiment que le  Congrès était derrière tous les maux du pays et exigent sa dissolution, et  d’autres affirment "défendre la légitimité" et craindre le vide. 

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!