Culture

L’importance du système numérique pour mieux appréhender le patrimoine maghrébin

 Les participants au premier colloque sur "Le patrimoine du Maghreb arabe à l’ère numérique" ont souligné, dimanche à Alger, l’importance de recourir à des moyens techniques modernes pour mieux appréhender le patrimoine culturel du Maghreb selon les normes internationales.Le colloque a été organisé par l’Ecole nationale de préservation et de restauration des biens culturels en coordination avec l’Université de Paris 8 (France).Les experts ont estimé durant cette rencontre que l’utilisation de la numérisation dans la prise en charge du patrimoine et la réhabilitation des biens matériels et immatériels, "contribue à l’identification du patrimoine, au classement des contenus et des sites archéologique et facilite l’inventaire et la documentation".La rencontre, organisée sur trois jours, a pour objectif d’examiner la possibilité d’exploiter de nouvelles pratiques technologiques dans les domaines de l’inventaire, de la préservation du patrimoine et de l’édition.Dans une allocution prononcée à l’ouverture des travaux, la ministre de la Culture, Khalida Toumi, a mis en exergue l’importance de former des cadres algériens spécialisés dans la numérisation.Cette formation de trois ans se fera en Algérie dans le cadre de conventions de coopération, a indiqué la ministre qui a rappelé le lancement d’une formation universitaire dans plusieurs spécialités qui sera sanctionnée par une licence en biens culturels et un master en restauration et préservation du patrimoine.L’année 2002 a connu l’adoption d’une politique qui a permis la création de nouveaux musées et la réhabilitation des biens culturels, a fait savoir la première responsable du secteur.Le nombre de musées nationaux s’élève actuellement à 18 structures outre 5 musées régionaux et 24 musées sites, soit un total de 48 musées. A cela s’ajoutent 45 projets de réalisation de nouveaux musées à travers le territoire national, a rappelé Mme Toumi.Le séminaire s’inscrit dans le cadre de la célébration du cinquantenaire de l’indépendance et de la semaine du patrimoine, signale-t-on. Des communications animées par des experts de Tunisie, de France et d’Italie sur les moyens d’appréhender le patrimoine maghrébin figurent également au programme.

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close