AlgériePolitique

L’Instance de dialogue pour un « mandat présidentiel de transition »

Algérie – L’Instance de médiation et de dialogue, présidée par l’ancien Président de l’Assemblée populaire nationale Karim Younès, a animé ce jeudi une première conférence de presse.

Annonçant d’emblée que l’Instance de dialogue ne représente ni les citoyen ni le pouvoir, Karim Younès qualifie les initiateurs de cette initiative de « femmes et hommes libres » agissant en leur âme et conscience.

Au lendemain de la rencontre d’acteurs du Hirak, l’Instance nationale prépare désormais une conférence nationale à l’issue de laquelle une Instance d’organisation et de supervision des élections sera créée.

Pour l’Instance de dialogue, l’enjeu réside en l’élection, de manière démocratique et transparente, d’un président de la République pour un « mandat de transition ». Durant son mandat « transitoire », le Président démocratiquement élu se chargera de mener les réformes constitutionnelles, tel que demandé par le Mouvement populaire (Hirak).

Tout en appelant la classe politique à soutenir son initiative, l’Instance nationale rejette une « transition constituante », qui serait l’application de l’exemple libyen qui a montré son échec.

Tags

Articles en lien

One Comment

  1. ce pseudo panel représente seulement les zouaves extremi de la grande poste le lieux de rendez-vous des extrémistes xénophobes et racistes.
    ils meritent la prison.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close