Monde

L’Observateur palestinien à l’ONU demande au Conseil de sécurité d’agir en Urgence à Gaza

   M. Mansour a lancé cet appel lors de la réunion au Conseil de sécurité sur la situation au Moyen-Orient, devant lequel le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a présenté un rapport dans lequel il a relevé l’urgence de trouver un terrain d’entente pour un retour au calme et un accord de cessez-le-feu après plusieurs jours de bombardements israéliens sur Gaza.

   M. Mansour s’est exprimé au nom, a-t-il dit, « de la souffrance et du deuil du peuple palestinien qui subit encore un autre front de mort, de destruction, de traumatismes et de terreur, lancé contre lui intentionnellement par les forces d’occupation israéliennes devant les yeux du monde ».

   Il a affirmé se présenter devant le Conseil de sécurité pour dire: « assez de l’effusion de sang du peuple palestinien, assez de son oppression sous l’occupation israélienne, assez de cette injustice, et assez de cette violence et des conflits qui infligent tant de souffrances à des innocents des deux côtés et sapent la paix et la stabilité régionales et internationales ».

   L’Observateur permanent a assuré que le nombre de morts palestiniens s’élevait à plus de 80, tandis que des centaines d’autres civils avaient été blessés, nombre d’entre eux étant dans un état critique.

   M. Mansour a rejeté les affirmations israéliennes selon lesquelles la population civile palestinienne dans la bande de Gaza serait utilisée comme « bouclier humain » alors qu’Israël, a-t-il ajouté, « frappe sciemment et volontairement des zones civiles densément peuplées ».

   Il a rappelé qu’Israël avait « brusquement suspendu les négociations de paix en avril, en réponse à la réconciliation entre l’OLP et le Hamas ».

   Le Conseil de sécurité, a-t-il poursuivi, « ne peut rester paralysé et marginalisé quand des crimes de guerre israéliens continuent d’être perpétrés contre la population civile palestinienne dans la bande de Gaza et dans le reste de la Palestine occupée, y compris El Qods-Est, et un nouveau cycle de violence lamine tout sur son passage ».

C’est dans ce sens qu’il a demandé au Conseil de sécurité « d’agir maintenant pour arrêter le bain de sang en Palestine occupée, en particulier cette dernière guerre israélienne contre Gaza » et pour « faire revivre nos espoirs agonisants de la fin de l’occupation et de ce conflit tragique, de la réalisation de la paix et des aspirations des Palestiniens à la liberté, à leurs droits et à la justice qui ont été trop longtemps niés ». APS

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!