Economie

L'Opep, 12 pays associés pour peser sur l'offre mondiale de brut

  •    Depuis 1982, ce plafond est réparti entre ses membres à travers un système de quotas plus ou moins respectés selon les pays, qui permet de réduire ou d’augmenter les exportations pétrolières.
  •    Les principaux pays producteurs de l’Opep disposent par ailleurs d’importantes capacités de production inutilisées qu’ils peuvent débloquer rapidement pour accroître l’approvisionnement.
  •    
  •    
  •    STRUCTURE
  •    L’organisation a son siège à Vienne depuis 1965 et a trois institutions principales : 
  •    – la Conférence réunissant au moins deux fois par an les ministres du Pétrole des Etats membres; chaque pays y possède une voix et toutes les décisions doivent être prises à l’unanimité
  •    – le Conseil des gouverneurs, chargé de mettre en oeuvre les résolutions de la Conférence
  •    – le Secrétariat général, qui gère les affaires courantes de l’organisation. Depuis 2007, le secrétaire général de l’Opep est l’ancien ministre libyen du Pétrole, puis de l’Energie, Abdallah Salem El-Badri.
  •    
  •    MEMBRES et production en août 2010 (en millions de barils par jour, mbj) :
  •    – Arabie Saoudite (membre fondateur) : 8,28 mbj
  •    – Iran (membre fondateur) : 3,70 mbj
  •    – Irak (membre fondateur, suspendu après l’embargo international de 1990, redevenu membre de plein droit en 2003, mais toujours dispensé de quota) : 2,32 mbj
  •    – le Koweit (membre fondateur) : 2,30 mbj
  •    – le Venezuela (membre fondateur) : 2,23 mbj
  •    – le Qatar (adhésion en 1961) : 0,79 mbj
  •    – la Libye (1962) : 1,56 mbj
  •    – les Emirats arabes unis (1971) : 2,32 mbj
  •    – l’Algérie (1969) : 1,26 mbj
  •    – le Nigeria (1971) : 2,14 mbj
  •    – l’Equateur (adhère en 1973, se retire en 1992 puis redevient membre en 2007) : 0,46 mbj
  •    – l’Angola (2007) : 1,79 mbj
  •    
  •    TOTAL de la production actuelle Opep : 29,15 mbj (pour des capacités de production de 35,22 mbj) 
  •    
  •    ANCIENS MEMBRES:
  •    – l’Indonésie a adhéré en 1962, mais faute de développer de nouveaux gisements, elle est devenue importatrice de pétrole et a quitté l’organisation en 2008.
  •    – le Gabon a adhéré en 1975, mais s’est retiré en 1996, après avoir contesté son niveau de contribution financière à l’organisation.
  •    
  •    (Source pour les niveaux de production : Agence internationale de l’énergie, rapport mensuel paru le 10 septembre)
  •    
  • Ennaharonline
  •  

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close