En direct

L'OPEP doit s'allier avec les autres producteurs pour soutenir les prix du pétrole

   Pour faire remonter les prix, "L’OPEP doit penser à élargir les alliances (avec les autres producteurs). C’est ce qui est en train de se faire actuellement.

   Certains membres de l’organisation, notamment l’Algérie, oeuvrent à élargir le cercle des alliances", a déclaré M. Terzian lors d’une conférence sur les tenants et les aboutissants de la crise pétrolière actuelle.

   Selon lui, L’OPEP, qui a perdu son rapport de force, n’est plus en mesure de stabiliser le marché mondial de pétrole sans l’apport des autres pays producteurs.

   M. Terzian a expliqué, à ce titre, que L’OPEP, face à l’abondance de l’offre du brut, n’a pas totalement cette capacité de peser sur les marchés comme elle le faisait de par le passé lorsqu’il y avait une rareté relative de pétrole.

   "Nous ne sommes plus dans une situation de l’après-pétrole mais plutôt dans celle de l’après-pétrole OPEP", a considéré cet expert qui est P-dg de Pétrostratégie, une société de consulting en énergie, lors de cette conférence organisée par Sonatrach

   D’ailleurs, a-t-il soutenu, les réserves mondiales de pétrole récupérables étaient estimées auparavant à 1.000 milliards de barils, mais avec les nouvelles techniques d’extraction, elles se chiffrent à 1.500 milliards de barils: "Ce qui signifie que le pic oil est encore loin".

   Mais pour M. Terzian, il est difficile de concilier les positions des pays membres au sein de L’OPEP en raison des disparités des intérêts qui les animent.

   En effet, relève-t-il, si plusieurs membres de L’OPEP s’inquiètent de la baisse de leurs revenus entraînée par la dégringolade des cours, l’Arabie Saoudite s’inquiète plutôt de la défense de ses parts de marché, menacées par le pétrole de schiste américain.

   "Pour l’Arabie Saoudite, l’équation est différente avec ses 800 milliards de dollars de réserves de change" qui lui permettent de tenir le coup face à un tel effondrement, a constaté ce consultant.

   Donnant son point de vue sur les causes de la crise pétrolière actuelle, M. Terzian considère que l’Arabie Saoudite a été à l’origine de cet effondrement des cours en procédant à la réduction du prix de son brut destiné aux marchés asiatiques sous prétexte de protéger la marge de bénéfice des raffineurs.

   Selon lui, si l’Arabie saoudite n’a pas révélé, d’emblée, les objectifs recherchés à travers cette baisse des prix, elle a fini, plus tard, par dévoiler sa stratégie qui consiste à protéger ses parts de marché en tentant de "chasser" le pétrole de schiste des marchés internationaux, notamment américain.

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!