En direct

L'opposition syrienne dénonce les "menaces" du Hezbollah libanais

L’opposition syrienne a dénoncé les  "menaces" du Hezbollah chiite libanais, dont le chef a mis en garde contre une  possible intervention directe de l’Iran et du Hezbollah dans le conflit en  Syrie aux côtés du régime.    "Les Syriens et les Libanais espéraient (…) que le commandement du  Hezbollah cesserait ses attaques à Homs et Damas et qu’il se rendrait compte de  la gravité de la situation dans la région", indique un communiqué de la  Coalition de l’opposition.    "Mais (ils) n’ont entendu que des menaces (…) et des mises en garde  contre l’embrasement de la région et un aveu sur l’ingérence dans les affaires  syriennes", poursuit le texte diffusé dans la nuit.    Le chef du puissant mouvement chiite, Hassan Nasrallah, allié indéfectible  du pouvoir syrien, a reconnu mardi pour la première fois l’engagement de ses  troupes dans la région de Qoussair au centre de la Syrie, où il dit défendre  des villages habités par des Libanais, et dans le haut lieu chiite religieux de  Sayeda Zeinab, à l’est de Damas.    Il a également prévenu que les "amis de la Syrie", en référence à son parti  et à son parrain l’Iran, ne permettront pas la chute du régime et qu’en cas de  nécessité pourraient se retrouver "dans l’obligation d’intervenir" sur le  terrain.    L’opposition a appelé le gouvernement libanais "à mettre fin immédiatement  aux opérations militaires attribuées au Hezbollah dans des régions proches de  la frontière syrienne", selon le communiqué, accusant le parti de "se tenir aux  côtés du régime d’Assad dans sa guerre contre le peuple syrien".    Le chef du Hezbollah s’est adressé dans son discours à la rébellion  syrienne, affirmant "vous n’allez pas pouvoir faire chuter le régime  militairement, la bataille est encore longue".

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close