En direct

L'opposition syrienne se dote de nouveaux membres et reporte l'élection de son président

 La Coalition de l’opposition syrienne a  officialisé jeudi soir son élargissement à une quarantaine de nouveaux membres  et reporté l’élection de son nouveau président à la mi-juin, au terme d’une  réunion de huit jours marquée par d’âpres discussions.    A l’issue d’un ultime débat dans un hôtel de la lointaine périphérie  d’Istanbul, son président par intérim Georges Sabra a annoncé un accord sur  l’arrivée en son sein de 43 personnalités représentant notamment l’état-major  de l’Armée syrienne libre (ASL, principale composante de la rébellion) et les  groupes révolutionnaires à l’origine de la contestation contre le régime du  président Bachar al-Assad.    "Nous pouvons dire maintenant que nous sommes parvenus à renouveler la  Coalition", s’est réjoui M. Sabra devant la presse.    La question de l’élargissement du principal mouvement d’opposition  politique au régime de Damas a largement occupé ses débats dans la mégapole  turque et l’ont contraint à prolonger sa réunion, initialement programmée du 23  au 25 mai.    Un premier vote sur le sujet s’était soldé par un cuisant échec dimanche,  puisque seuls 8 nouveaux noms avaient été ratifiés, illustration des divisions  de l’opposition.    Tout au long de la réunion, les deux principaux parrains financiers de la  Coalition, le Qatar et l’Arabie saoudite, se sont livrés à une guerre  d’influence pour son contrôle qui a paralysé toutes les discussions.    M. Sabra a ainsi annoncé jeudi soir le report de l’élection prévue pour  remplacer l’ancien président du mouvement Moaz al-Khatib. "Cette élection aura  lieu au plus tard le 12 juin" lors d’une autre réunion à Istanbul, a déclaré  son chef intérimaire.    De même, la désignation du gouvernement du "Premier ministre" intérimaire  Ghassan Hitto, également prévue lors de la réunion qui s’est achevée jeudi  soir, a été reportée sine die, a ajouté Georges Sabra.    Quelques heures avant de se séparer, la Coalition de l’opposition avait  annoncé par la voix de M. Sabra son refus de participer à la conférence  internationale de paix promue par la Russie et les Etats-Unis tant que se  poursuivrait "l’invasion" de l’Iran et de la milice chiite libanaise du  Hezbollah en Syrie.    Le Hezbollah intervient depuis une dizaines de jours aux côtés de l’armée  fidèle au président Assad pour tenter de reprendre aux rebelles la ville de  Qousseir (centre-ouest de la Syrie, près de la frontière libanaise). 

commentaires

commentaires

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!