En directAlgérie

Lot de jus Rouiba détruit en Libye : ce qui s’est passé réellement

Algérie – Publiées dans un premier temps par la presse libyenne, des photos montrant la destruction par les autorités de ce pays voisin d’un lot de cinq mille caisses de jus de marque Rouiba font le tour des réseaux sociaux depuis jeudi dernier.

Selon les explications fournies, les produits détruits étaient non conformes aux normes libyennes en la matière. Répandues comme une traînée de poudre sur les réseaux sociaux algériens, l’affaire commence à faire polémique. Qu’est ce qui s’est passé réellement ?

Problème d’étiquetage selon les Libyens

Contacté par ALG24, le directeur général de Rouiba NCA, Sahbi Othmani, a confirmé la destruction de ce lot pour ce que les instances concernées ont estimé être « un problème d’étiquetage ».

« Sur une expédition de 140 000 caisses, un lot de 5000 a été détruit », indique-t-il. Et d’ajouter, « les produits n’étaient pas impropres à la consommation. Il s’agit d’un problème d’étiquetage présentant une différence de 0,4% de moins de teneur en fruits ».

M. Othmani s’est montré confiant. Il assure dans ce sens que les jus de marque Rouiba respectent toutes les normes « nationales et internationales ». « Nous sommes certifiés à trois certificats ISO. Nous avions voulu rapatrier la marchandise pour effectuer des analyses dans des laboratoires algériens. Mais c’était impossible, elle ne nous appartenait plus », explique-t-il.

Pour lui, il s’agit d’un incident « anodin » qui n’a pas affecté les exportations de l’entreprise algérienne vers ce pays voisin. « C’est un non événement. Nos produits se vendent toujours en Libye », affirme-t-il. Et de trancher, « nos produits sont conformes »

L’entreprise s’explique

Dans un communiqué dont nous détenons une copie, Rouiba NCA a donné plus d’éléments sur cette affaire. Selon le producteur de boissons, la destruction a touché un lot d’une expédition envoyée en juin 2018. L’affaire n’est donc pas récente.

« Outre le fait que nous faisons valoir tous les éléments de preuves techniques prouvant la parfaite conformité de nos étiquetages, nous avons déployé toutes les démarches auprès des instances concernés afin de lever toutes équivoques », détaille le même communiqué.

Et de nuancer, « au vu de l’importance de ce marché et des relations irréprochables qui nous lient à nos partenaires Libyens, nous considérons qu’il s’agit d’un incident technique sans gravité et sans incidences sur la santé et la sécurité des consommateurs ».

Tags

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close