Culture

L’ouverture de multiplexes, une des conditions pour la relance du Cinéma

Les participants à une conférence débat sur les conditions de relance du cinéma algérien, ont souligné lundi à Tizi Ouzou que l’ouverture de multiplexes est l’une des conditions pour la relance du Cinéma algérien.

  Lors de cette conférence organisée dans le cadre de la 14eme édition du festival culturel national annuel du film amazigh (FCNAFA), deux professionnels du septième art, Ahmed Bedjaoui et Tahar Boukella, ont relevé que la relance du Cinéma national demande la réunion de certaines conditions, dont l’ouverture de salles pour la projection de films, en optant pour des multiplexes qui répondent le mieux à la demande actuelle du public.

  Rencontré en marge de cette conférence, Ahmed Bedjaoui a indiqué que les salles de cinéma existante qui sont situées dans les milieux urbains ne répondent plus aux habitudes de consommation moderne, les gens ont besoin d’aller dans des multiplexes et avoir le choix entre plusieurs films.

  Abordant la situation du cinéma algérien, M. Bedjaoui a relevé que la volonté politique pour sa relance existe, mais il faudra gérer, un lourd passif, une situation catastrophique qui remonte aux années 1960. Les mauvaises décisions précises durant cette période, telles que la monopolisation des salles de cinéma, leur nationalisation, puis leurs mise sous tutelle des communes, et la non mise en place de laboratoire de production, ont été a l’origine du « déclin » du cinéma algérien, a-t-il jugé.

  La décennie noire n’a fait qu’accentuer cette situation puisqu’elle a laissé de lourdes séquelles dans la société et a changé le comportement des citoyens, a-t-il ajouté relevant qu’il est difficile de parler de relance de cinéma avec des salles qui ferment à 18h et le vendredi.

Aps

 

 

 

 

Tags

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close