En direct

Mai 45: 20.000 personnes à Sétif pour la "marche de la fidélité"

  • Le ministre des moudjahidine, Mohamed-Cherif Abbas, les autorités de la wilaya de Sétif, les secrétaires généraux des organisations nationales des Moudjahine, des enfants de Chouhadas et des enfants de Moudjahidine, précédés d’un carré de jeunes scouts, étaient en avant de cette impressionnante marche.
  • Brandissant des centaines de drapeaux algériens, des banderoles à la mémoire des dizaines de milliers d’Algériens tués le 8 mai 1945 ainsi que les portraits de certains martyrs, dont celui de Bouzid Saâl, premier à tomber sous les balles des policiers français, les Sétifiens et leurs nombreux invités, ont montré une ferveur à la mesure de l’atrocité de la tuerie collective perpétrée par les troupes coloniales.
  •  
  • De la mosquée "de la Gare (aujourd’hui Abi Dher El Ghaffari), d’où l’imposant défilé s’est ébranlé, jusqu’au centre de l’avenue du 8-Mai 1945, théâtre des premiers coups de feu de la police, en passant par la l’avenue du 1er-Novembre, le recueillement était visible sur tous les visages.
  •  
  • Ali Fateh Ayadi, cinéaste, visiblement très ému, avoue avoir la chair de poule à la vue de l’impressionnante fresque humaine formée par les marcheurs.
  •  
  • "Ce qui me touche le plus, c’est de voir les témoins des massacres, notamment ceux que je m’attache à interviewer depuis 1989, disparaître l’un après l’autre », confie le réalisateur à l’APS.
  •  
  • C’est dire, ajoute Ayadi, "toute l’importance qu’il y a à conserver jalousement leurs témoignages pour écrire l’Histoire de notre pays et ses souffrances pour interpeller la conscience des jeunes d’aujourd’hui".
  •  
  • Pour Kamel Bouchama, ancien ministre, "cette journée est exceptionnelle à plus d’un titre" et rappelle surtout que la France, "pays des droits de l’Homme", a perpétré un génocide il y 64 ans.
  •  
  • Elle rappelle aussi "la nécessité d’enseigner ce pan de notre histoire à nos enfants qui doivent savoir que l’Algérie n’est pas un pays issu du néant, mais une nation qui a ses racines et qui s’est forgée au prix de sacrifices incommensurables", poursuit l’ancien responsable.
  •  
  • L’autre moment fort de la commémoration de cette journée historique, sera la superbe production de la chorale formée d’écoliers vêtus de costumes traditionnels symbolisant toutes les régions du pays.
  •  
  • Impeccablement alignés sur plusieurs rangs, place de l’Indépendance, à gauche de la fontaine mythique de Aïn Fouara et à l’ombre du minaret de la mosquée El Atiq, un millier d’élèves a interprété des chants patriotiques, dont "Aoufia" du regretté Abdelwahab Sellami et le célèbre "Hayyou chamal Ifriqia", dans un silence impressionnant malgré la foule.
  •  
  • La délégation officielle qui avait auparavant inauguré, non loin de là, face au musée du Moudjahid, une belle fresque érigée pour le souvenir de cette journée historique, s’est ensuite rendue dans la localité de Ksar El Abtal (30 km au sud de Sétif) où devait être inauguré un musée construit au niveau du site de l’ex-camp de "transit" où activaient des tortionnaires de l’armée coloniale française.
  •  
  • La veille, le ministre des Moudjahidine, accompagné des autorités locales et des invités, avait présidé à El Eulma (27 km à l’Est du chef-lieu de wilaya) une cérémonie de remise de prix aux vainqueurs d’un tournoi international de boxe avant de remettre leurs récompenses aux lauréats d’une compétition amicale de volley-ball, au complexe du 8 mai 1945.
  •  
  • Dans la soirée, M. Mohamed-Cherif avait assisté à la projection de "Si Sétif m’était conté » de Ali Fateh Ayadi, un flash back de 60 minutes sur les massacres de mai 1945 et leur lien direct avec le déclenchement de la Révolution, le 1er novembre 1954.
  •  
  • Ennaharonline/aps
  •  
  •  

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close