Monde

Mali: des hommes "enturbannés" tuent le chef de la localité d'Hombori

   Le chef de la localité d’Hombori (nord-est  du Mali) où deux Français avaient été enlevés fin novembre 2011, a été tué  samedi soir par des hommes armés et "enturbannés", a appris dimanche l’AFP de  sources concordantes. "Moussa Balobo Maïga, chef du village de Hombori, âgé de 77 ans, a été tué  samedi soir par balles par des hommes enturbannés", a affirmé un responsable de  la police locale contacté par téléphone.  Une source proche de la gendarmerie d’Hombori a précisé qu’au "moins cinq  hommes armés sont venus à Hombori dans deux véhicules, ont pris en otage un  homme en uniforme de l’armée et l’ont obligé à les conduire au chef de village  qu’ils ont tué par balles". "On ne connaît pas encore l’identité de ces  hommes", a affirmé cette source Un témoin interrogé par l’AFP à Hombori par téléphone depuis Bamako, a  affirmé que des "rebelles" touareg "sont arrivés dans deux véhicules: nous  avons entendu des coups de feu et on nous a dit que le chef de village et le  commandant de brigade (de gendarmerie) ont été tués".  Un autre témoin a déclaré que "deux gendarmes, le commandant de brigade et  un autre aurait été enlevés".  Ces informations sur l’identité des hommes armés et la mort ou ‘enlèvement  de gendarmes, n’ont pas été confirmées officiellement.    Le 24 novembre, deux Français, Philippe Verdon et Serge Lazarevic, avaient  été enlevés dans leur hôtel à Hombori, rapt revendiqué peu après par Al-Qaïda  au Maghreb islamique (Aqmi) qui a également revendiqué l’enlèvement le  lendemain à Tombouctou (nord-ouest) de trois Européens.  Un touriste allemand qui était avec ces trois hommes et avait résisté,  avait été tué d’une balle dans la tête par les ravisseurs.  La branche maghrébine d’Al-Qaïda retient en otages treize Européens dans le  Sahel, dont six Français.  Parallèlement aux activités d’Aqmi, le nord du Mali est confronté depuis la  mi-janvier à celles de rebelles touareg qui ont attaqué plusieurs villes.  Cette offensive a poussé environ 44.000 personnes à se réfugier dans les  pays voisins, selon le Haut commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR).  Selon le Comité international de la Croix-Rouge (CICR), au moins 60.000  personnes sont déplacées à l’intérieur du Mali.

 

 

 

Algérie- ennaharonline 

 

 

 

commentaires

commentaires

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!