En direct

Mali: des soldats maliens en route vers Kidal occupée par le MNLA

      
 Des soldats maliens étaient en route  mardi vers la ville de Kidal (nord du Mali) occupée par le Mouvement national  de libération de l’Azawad (MNLA, rébellion touareg) qui s’oppose à la présence  de l’armée malienne sur place, a appris l’AFP auprès du porte-parole de l’armée  à Bamako.    Ce mouvement de troupes en direction de Kidal intervient après l’expulsion  ce week-end vers Gao de dizaines de membres des communautés noires de la ville  par le MNLA, selon des témoins, et le jour d’un nouvel attentat suicide commis  contre un chef militaire de ce mouvement à Kidal.    "Pour le moment, il s’agit d’aller à Anefis en vue de préparer l’entrée à  Kidal", a déclaré le porte-parole de l’armée, Souleymane Maïga. L’arrivée de  soldats maliens à Anefis, localité située environ à mi-chemin entre Gao et  Kidal, a été confirmée par des habitants.    "Ils (les militaires maliens) sont en route vers Kidal et ils viennent  d’arriver à Anefis en grand nombre et lourdement armés", a déclaré à l’AFP un  habitant de cette localité située à 150 km au nord de Gao, la plus grande ville  du nord du Mali, et à 200 km au sud de Kidal.    Le porte-parole de l’armée n’a pas souhaité préciser le nombre de soldats  maliens envoyés pour reconquérir Kidal. Il a parlé de quatre "groupements  tactiques interarmes" mobilisés pour y parvenir et "redéployés dans d’autres  secteurs stratégiques" afin "de resserrer le dispositif autour de Kidal".    Le gouvernement malien a dénoncé une "épuration raciale" contre les  populations noires à Kidal, et réaffirmé que la présence de l’armée malienne  dans cette ville n’était "pas négociable" et interviendrait le plus vite  possible avant le premier tour de l’élection présidentielle prévu le 28 juillet.    "Nous ne pouvons pas accepter que des Maliens soient pris en otages par des  criminels", avait déclaré lundi le ministre malien des Affaires étrangères,  Tièman Coulibaly, dans un entretien accordé à l’AFP à Paris. "L’armée va  marcher sur Kidal", avait-il dit, ajoutant: "ce qui s’est passé à Kidal risque  d’accélérer l’agenda".    Le MNLA a démenti toute "chasse aux Noirs", assurant rechercher des  éléments "infiltrés" envoyés par les autorités maliennes. Selon le MNLA,  plusieurs dizaines de personnes, dont un officier malien, ont été arrêtées par  ses hommes à Kidal. 

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close