En direct

Mali: Le Premier ministre absent comme le président du sommet de Ouagadougou

Le Premier ministre malien de  transition Cheick Modibo Diarra sera, comme le président intérimaire Dioncounda  Traoré, absent samedi du sommet ouest-africain de Ouagadougou sur la crise au  Mali, a-t-on appris vendredi de sources concordantes.    "Dans l’agenda du Premier ministre, il n’est pas prévu qu’il se rende ce  week-end à Ouagadougou", a indiqué à l’AFP à Bamako un membre de son entourage,  sans fournir d’explication.    Les médiateurs ne cachaient pas leur irritation quant à l’absence de M.  Diarra, actuellement en visite au Maroc, à ce sommet destiné à doter le Mali  d’un gouvernement d’"union nationale", alors que le nord du pays est occupé par  des groupes armés, surtout islamistes.    "Le gouvernement malien sera représenté par le ministre de l’Intégration  africaine", a précisé à l’AFP à Ouagadougou le ministre burkinabè des Affaires  étrangères Djibrill Bassolé, dont le pays conduit la médiation au nom de la  Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao).    Le chef de l’Etat burkinabè Blaise Compaoré a affirmé que des raisons de  santé retenaient M. Traoré en France.    Il "m’a effectivement informé de ses difficultés sur le plan sanitaire,  qu’il est en train de traiter", mais la Cédéao compte "partager" ses  "propositions" avec lui, a dit M. Compaoré.    Accueilli par M. Compaoré, le président nigérien Mahamadou Issoufou, qui  participera au sommet avec cinq autres chefs d’Etat de la région, a salué  l’adoption d’une résolution des Nations unies soutenant les efforts de la  Cédéao et de l’Union africaine (UA).    "Je suis totalement satisfait (…) C’est un début, donc on verra en  fonction de l’évolution de la situation ce qu’il y aura lieu de faire", a-t-il  déclaré.    Les dirigeants ouest-africains doivent rencontrer des représentants de la  classe politique et de la société civile, jugeant indispensable un gouvernement  plus "inclusif" pour répondre à la crise dans le Nord malien.    Le Mouvement populaire du 22 mars (MP 22), coalition soutenant le putsch  d’il y a trois mois à Bamako, a annoncé qu’il ne participerait pas au sommet.
 
 
 
 

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!