En direct

Mali: les islamistes détruisent à Tombouctou, posent des mines autour de Gao

 Les islamistes qui contrôlent le nord du  Mali ont poursuivi lundi la destruction de bâtiments religieux musulmans à  Tombouctou et posé des mines autour de la ville de Gao pour se protéger  d’éventuelles attaques de rivaux touareg ou de soldats d’une force  ouest-africaine.    A Tombouctou (nord-ouest), après avoir démoli pendant le week-end sept des  seize mausolées de saints musulmans, les islamistes du groupe armé Ansar Dine  (Défenseurs de l’islam) ont franchi une étape supplémentaire en brisant la  porte d’entrée d’une des trois plus grandes mosquées de la ville.    Moins d’une semaine après de violents combats (au moins 35 morts) le 27  juin à Gao (nord-est) avec la rébellion touareg du Mouvement national de  libération de l’Azawad (MNLA), forcée d’abandonner la ville, les islamistes du  Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (Mujao) ont disposé  des mines aux alentours de Gao pour, selon le MNLA, empêcher une  contre-offensive de sa part.    Ansar Dine et le Mujao, qui contrôlent désormais les trois grandes villes  et régions administratives du nord du Mali – Tombouctou, Gao et Kidal (extrême  nord-est) – sont alliés à Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), présente dans  la région depuis plusieurs années.    "Aqmi et Mujao, qui contrôlent Gao, ont miné les alentours de la ville.  Beaucoup de gens cherchent à fuir, à prendre des bus pour gagner Bamako, mais  les islamistes les empêchent de quitter la ville", a déclaré Mossa Ag Attaher,  porte-parole du MNLA basé à Paris.    Un porte-parole du Mujao a confirmé sur Radio France internationale la pose  de mines, affirmant qu’elle devait empêcher une contre-attaque du MNLA.    Un responsable ouest-africain de la sécurité a lui aussi confirmé à l’AFP  cette information. "Pour prévenir une éventuelle attaque des forces de la  Cédéao (Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest) et de bandes  armées rivales, le Mujao a posé des mines par endroits autour de Gao", a-t-il  indiqué.    Les dirigeants de la Cédéao ont exhorté le Conseil de sécurité de l’ONU à  dopter une résolution permettant l’envoi d’une force régionale au Mali.
 
 
  Algerie – ennaharonline

commentaires

commentaires

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!