Economie

Manifestation de chômeurs à Madrid

   

Des milliers de chômeurs espagnols ont  manifesté samedi à travers Madrid, dernier épisode d’une vague de  manifestations de colère contre la politique de rigueur du gouvernement de  droite.    Des jeunes gens qui ont perdu leur travail du fait de la récession, ont  convergé vers la capitale, certains après avoir fait du stop sur des centaines  de kilomètres. Ils ont remonté les principales artères de la ville en agitant  des drapeaux au son lancinant des sifflets.    "Ils nous pissent dessus et nous disent qu’il pleut", pouvait-on lire sur  une banderole déployée par la foule.    "Je ne peux pas me serrer la ceinture et baisser en même temps mon  pantalon", proclamait une autre.    "Haut les mains, ceci est un hold-up!", criaient les manifestants en  reprenant l’un des slogans des manifestations de ces derniers jours.    "Debout tout le monde, et battons-nous!", scandaient-ils encore.    "Je suis très déçue et très en colère. Les gens ne peuvent pas accepter ces  coupes de la part d’un gouvernement qui nous déteste", a déclaré Alba Sanchez,  25 ans, venue en voiture de Catalogne (nord-est) pour manifester.    La foule a parcouru sans incidents le centre de la capitale espagnole  tandis que tambours et trompettes rythmaient la marche. Le cortège s’est arrêté  sur la place de la Puerta del Sol, lieu symbolique des luttes sociales en  Espagne, où les manifestants se sont assis.    C’est le dernier épisode de l’explosion de protestations qui ont suivi  l’annonce par le Premier ministre Mariano Rajoy le 11 juillet de coupes  budgétaires de 65 milliards d’euros dans le cadre des mesures d’austérité, qui  comprennent des baisses des salaires et des indemnités de chômage.    Jeudi déjà, des centaines de milliers de manifestants se sont massés à la  Puerta del Sol au terme d’une manifestation pacifique qui s’est achevée par un  affrontement avec la police.    Les manifestants estiment que les efforts de réduction du déficit public  espagnol sont injustement concentrés sur les classes populaires et ne feront  que précipiter l’économie espagnole déjà récessive dans sa chute.    Le gouvernement a revu à la baisse ses prévisions de croissance pour 2013  vendredi, de +0,2% à -0,5%, dans un contexte de chômage élevé, à 24%.    Il soutient qu’il n’a pas d’autres choix que de faire appliquer des mesures  d’économies drastiques au vu du déficit public très élevé du pays.    La région espagnole de Valence a annoncé vendredi avoir demandé l’aide de  l’Etat espagnol, via un nouveau fonds public dédié, admettant souffrir d’un  manque de liquidités, alors que les régions endettées sont source de vives  inquiétudes sur les marchés financiers.
 
 

Algerie – ennaharonline

 

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!