Monde

Manifestation sanglante à Madagascar

  •    "La France condamne la violence et ce qui y conduit. La violence ne peut aboutir qu’à une impasse", a affirmé le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué.
  •  
  •    Paris "exhorte, une nouvelle fois, toutes les parties à s’unir afin de rejeter la violence, favoriser pour le bien de tous un dialogue pacifique et trouver la voie de la réconciliation nationale", selon le texte.
  •  
  •    La garde présidentielle a tiré samedi sur des partisans du maire déchu d’Antananarivo, Andry Rajoelina, qui marchaient sur le palais abritant le bureau du président Marc Ravalomanana dans le centre d’Antananarivo.   Fin janvier, au moins 68 personnes étaient mortes dans la Grande Ile de l’océan Indien, selon la gendarmerie, dans les violences, pillages et émeutes.
  •  
  •    MM. Rajoelina et Ravalomanana entretiennent des rapports tendus depuis l’élection du maire en décembre 2007 comme candidat indépendant.
  •  
  •   Le bras de fer s’est nettement durci depuis la fermeture par le gouvernement le 13 décembre 2008 de la télévision privée de M. Rajoelina, "Viva", qui avait diffusé une interview de l’ex-président en exil Didier Ratsiraka.
  •  
  •    M. Rajoelina, qui a engagé des procédures pour destituer le président Ravalomanana, a lui-même été destitué mardi par les autorités malgaches.
  •  
  •    
  • Ennaharonline/ AFP  

commentaires

commentaires

Voir plus

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *