En direct

Manuel Valls exprime son soutien à Kamel Daoud, accuse l’Algérie

Le Premier ministre français Manuel Valls a exprimé son soutien au journaliste et écrivain algérien Kamel Daoud et accuse l’Algérie de lancer une « fatwa » contre lui.

Dans une publication intitulée « Soutenons Kamel Daoud », postée ce soir sur sa page Facebook, le Premier ministre français prend la défense de l’auteur de « Meursault, contre-enquête » en fustigeant ses détracteurs ; des universitaires, sociologues et historiens qui « condamnent de manière péremptoire, refusent le débat et ferment la porte à toute discussion ».

Valls, tout en faisant l’éloge du « romancier de talent », accuse l’Algérie de vouloir la mort de Kamel Daoud. « Un romancier de talent – et sur qui pèse déjà une « fatwa » dans son pays », lu ainsi, le texte du PM français sous-entend que Daoud est menacé de mort en Algérie avec la complicité des autorités et des citoyens. Il sous-entend également que cet écrivain, pourtant populaire dans son pays, est abandonné à son sort, abhorré par ces compatriotes. « Abandonner cet écrivain à son sort, ce serait nous abandonner nous-mêmes », a-t-il écrit en conclusion.

Ironie ou paradoxe, un procès a été ouvert cette semaine par le tribunal d’Oran et le Parquet a requis une peine de prison ferme à l’encontre Hamadache Zeraoui, l’auteur de la « fatwa » contre Kamel Daoud.

Valls ressuscite le « mythe du bon sauvage »

Dans la seconde partie de son texte, Valls ressuscite presque le « Mythe du bon sauvage », donnant comme exemple Kamel Daoud pour dire qu’il y a du bon même chez les musulmans…Le sauvage n’est pas barbare, il est juste à l’état naturel.

« Un chemin que la France emprunte, en faisant savoir, à tous ceux qui ont abandonné la pensée, qu’un musulman ne sera jamais par essence un terroriste, pas plus qu’un réfugié ne sera par essence un violeur », écrit-il.

Toujours dans la seconde et dernière partie de son texte, Manuel Valls se lance dans l’idéalisation de Kamel Daoud, un arabo-musulman qui répond aux critères de l’Occident. Une image qui rappelle le colonialisme qui idéalisait les caïds, traîtres de la Révolution, et les couvraient d’éloge pour que d’autres les suivent. 

Tags

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!