Sports

Marchés: note positive en début d'année malgré les incertitudes pour 2009

  •    Les principales places financières européennes, qui l’an dernier ont enregistré des pertes catastrophiques allant de plus de 30% pour Londres à plus de 42% pour Paris, affichaient en fin de matinée de nettes hausses après la pause des fêtes du Nouvel An.
  •  
  •    Vers 10H50 GMT, Londres progressait de 1,00%, Paris et Francfort de 1,49%.
  •  
  •    Les volumes d’échanges demeuraient toutefois limités, de nombreux opérateurs étant encore en congés.
  •  
  •    "Avec des courtiers qui ne retourneront pas au travail avant lundi, on devrait encore voir des volumes faibles et sans doute un certain degré de volatilité", a prévenu Jimmy Yates de CMC Markets à Londres.
  •  
  •    En Asie, où les Bourses de Tokyo et Shanghai étaient encore fermées vendredi, Séoul, Singapour ou Kuala Lumpur ont gagné respectivement 2,93%, 2,17% et 2%.
  •  
  •    Hong Kong a fini sur un bond de 4,6%, dans le sillage de la Bourse de New York mercredi et portée entre autres par une chasse aux bonnes affaires de la part des investisseurs.
  •  
  •    Wall Street a terminé sur une progression de 1,25% une année 2008 où le Dow Jones a chuté de près de 34%, sa pire performance depuis 1931.
  •  
  •    Le marché a dû faire face "à la plus grande crise financière aux Etats-Unis depuis la Grande Dépression des années 1930", estime Gina Martin, analyste chez Wachovia Securities à New York.
  •  
  •    Au total, les Bourses dans le monde ont fondu d’environ 25.000 milliards de dollars, soit 40% du produit intérieur brut mondial, a relevé Lewis Alexander, chef économiste chez Citigroup.
  •  
  •    Toutefois, les avis ne s’accordent pas forcément sur les perspectives pour 2009.
  •  
  •    Au vu du cataclysme de 2008, le sentiment à New York est que "l’année prochaine sera forcément meilleure", a estimé un stratégiste de Jefferies.
  •  
  •    Pour Gina Martin en revanche, "faire des prévisions sur le niveau des actions à la fin de 2009 est quasiment impossible. Ce sont loin d’être des conditions normales de marché".
  •  
  •    A Paris, nul ne se risquait ces jours-ci à faire de pronostic pour 2009.
  •  
  •    "La peur gouverne les marchés", a récemment observé Franck Dixmier, analyste chez Allianz Global Investors, pour qui les mouvements de yo-yo de la fin 2008 traduisent "un grand désarroi des investisseurs face au climat d’incertitude", faute de connaître la profondeur et la durée de la crise.
  •  
  •    Tout le monde prévoit une année 2009 à risque pour certains grands investisseurs, tels les banques et les fonds spéculatifs, mais personne ne sait quels types d’actifs ils devront céder s’ils sont acculés à la faillite, ni pour quels montants.
  •  
  •    La balle est dans le camp des pouvoirs publics, selon les analystes.
  •  
  •    Tant qu’on ne saura pas s’ils parviendront à relancer l’activité, le marché pourra au mieux espérer des "rebonds techniques", a indiqué Christian Rabeau d’Axa Investment Managers.
  •  
  •    "Les marchés vont saisir tous les signes de relance de l’économie pour essayer de prendre de l’avance", a souligné Gregori Volokhine, basé à New York, alors que les Etats-Unis attendent la prise de fonction le 20 janvier du président élu Barack Obama. 
  •  
  •    Le FMI avait estimé en décembre que la reprise économique mondiale n’interviendrait pas avant "fin 2009 ou début 2010".
  •  
  •    
  • Ennahar/ AFP

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!