Monde

Maroc: 14 terroristes présumés condamnés à des peines de 4 à 15 ans de prison

  •    Lors de son réquisitoire, mercredi, le procureur avait demandé des peines de 10 à 30 ans de prison à leur encontre, affirmant qu’ils avaient tissé des liens opérationnels avec des dirigeants d’organisations terroristes en Algérie, en Mauritanie, en France, en Espagne et au Proche-Orient.
  •  
  •    Le principal prévenu, Rachid Zerbani, a été condamné à 15 ans de réclusion criminelle et à une amende de 500.000 dirhams (environ 45.000 euros), a-t-on précisé de source judiciaire.
  •  
  •    Kamal Zaïmi, Abdelmoula Amara et Abderrahim El Aoufi ont écopé de 10 ans de prison ferme et 500.000 dirhams d’amende chacun.
  •  
  •    Les autres accusés ont été condamnés à 8 ans (Lahcen Aït Abed, Abdelaziz Herram, Mohamed Boulehfa, Mohamed Aydoun, Khalid Aqeddar, Mustapha Aït El Houcine — plus une amende de 500.000 dirhams pour les trois premiers) et 4 ans de prison ferme (Rachid Zitouni, Rachid Jemmal et Mohcine Merkado).
  •  
  •    Mohamed Afellous a été condamné à une amende de 5.000 dirhams (450 euros).
  •  
  •    Selon le procureur, les préparatifs des membres de cette cellule étaient à un stade avancé et des cibles potentielles -des infrastructures touristiques à Agadir (sud) et une caserne à Laâyoune (Sahara occidental)- avaient été repérées.
  •  
  •    La défense a demandé leur acquittement, arguant de l’absence de preuves matérielles.
  •  
  •    Les membres de Fath Al Andalous, démantelée fin 2008, étaient poursuivis pour "constitution d’une bande criminelle en vue de préparer et commettre des actes terroristes dans le cadre d’une entreprise collective visant à porter gravement atteinte à l’ordre public par l’intimidation et la violence, financement du terrorisme, participation, fabrication et détention d’explosifs, atteinte aux valeurs sacrées et réunions publiques non autorisées".
  •  
  •    Selon des sources policières, cette cellule était active dans plusieurs villes du Maroc et disposait de matières chimiques et de matériel électronique entrant dans la fabrication d’explosifs.
  •  
  •    Le nom du réseau, Fath Al Andalous, fait référence à l’expulsion des musulmans du sud de l’Espagne à la fin du XVe siècle.
  •  
  •    
  •    
  • Ennaharonline/ AFP

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!